propulser son kayak avec le vent ( maj 18/01/ 2017)

Propulser son kayak avec le vent : mise à jour 04/2016

Le succès de ce thème ne se dément pas dans le temps bien au contraire .ce jour plus de 60000 clics sur ce thème !

Les conclusions en guise d’apéritif :
Apres avoir essayé à peu près toutes les options possibles , du parasol aux combinaisons voiles et spis sur le trivadrou , j’en tire les conclusions suivantes :

La voile en soutien et en moteur pour le surf ou en retour de balade , simple comme la spoon est mon meilleur compromis , les vitesses atteintes dans ces conditions de vent conséquentes ont été des records pour moi , 12 noeuds sur de très longs bords .
Je viens de valider la capacité à remonter au vent avec mon dernier modèle de Spoon Ultima , qui reste simple a utiliser et a peine plus complexe en voilerie et suspentage … Sur cette image les deux kayak sont vent arrière et la spoon rouge remonte le vent ..

trivadrou
L’autre extrême , le montage plaisant du vadrouilleur pour le coté bricolage a été un bon moment de plaisir , mais naviguer avec un kayak trimaran est l’équivallent de naviguer en bateau , avec les contraintes de poids , et de mise en oeuvre fut elle réduite au maximum comme avec un hobie … Et ne sont plus en phase avec ma santé et mes capacités physiques ..
IMGP4597

Préambule ….

Ne pas utiliser l’énergie éolienne à notre époque est dommage .

Le kayak qui est un bateau proche de la nature , à propulsion humaine qui peut être soulagé dans cette tache par une voile de petite taille , simple légère , peu encombrante et bien sûr d’un coût raisonnable .

Plusieurs constructeurs répondent à  cette demande avec des produits assez différents et originaux . Mais attention selon ce que vous voulez faire les résultats peuvent vous décevoir .

Naviguer nonchalamment à la voile en balade le long des cotes , rentrer de balade en soulageant les bras ..

Ou / et grands bords de «kayak-surfsailing» sont des moments de plaisir intense . Ils se méritent par un apprentissage de l’utilisation de ces voiles différentes .

On doit s ‘adapter au matériel , l’apprivoiser , l’utiliser, le comprendre et enfin en exploiter le potentiel . Ceux qui ont «testé» une après midi, souvent mal réglé , en ayant mal positionné  la voile sur le bateau , sans comprendre vraiment  les bases , ne s’amuseront pas et se lasseront vite .

Les autres plus persévérants , voileux expérimentés ou accompagnés de personnes «sachant» auront une autre approche et se régaleront des possibilité de ces petits bouts de chiffon .

Tout d’abord , en kayak remonter au vent est utopique sans plan de dérive ni gite soyez en persuadés; l’illusion d’un cap intéressant au compas sera vite démenti par un tracé GPS sur le fond …

Descendre sous le vent est possible avec un peu n’importe quoi , il suffit de créer de la trainée aérodynamique et ça avance , plus ou moins vite plus ou moins stable .La portance et la trainée sont confondues en une seule résultante …

Pour s’éloigner du vent arrière le problème deviendra plus complexe sur le plan aérodynamique passé 45° de cet axe.

Une fois ces paramètres  énoncé on peut poursuivre

  1. Le «kayak-surfsailing» : pour ceux qui veulent faire du voilier avec leur kayak , sautez ce chapitre qui ne vous concerne donc pas et passez au suivant …

Surfer glisser allez vite au vent portant est le credo .

Détails techniques en fin d‘article

Les voiles disponibles sur le marché Français et qui ont démontré leur aptitude à fonctionner au travers de vidéos incontestables :

1)La Pacific action :

issue de l’originale voile polynésienne et de ses dérivés de pinces de crabe ou de homard selon les endroits de la planète ce gréement est l’un des plus anciens ; sans aucune réduction de voilure les pirogues à balancier ont impressionné les conquistadors par leur vitesse impressionnante , et très certainement contribué a la migration des peuples Polynésiens .  

Deux mats en V quelques écoutes, une voilerie basique et une embase pas aussi simple qu’il n’y parait . Peu d‘adaptation à faire sur le bateau et peu de restriction quand au choix de celui ci .

Çà marche,  et bien jusqu’à un travers honorable . Reste choisir la bonne  surface en fonction du bateau , poids taille etc . Les deux mats et la longueur fixe se encombreront le pont avant du bateau en créant une certaine trainée .

 

2)Le gréément flat earth sail

il nous vient de  NZ ou les aprioris des puristes sont visiblement absents . MickMacRobb le concepteur, est un «artisan» son travail a été sans cesse remis à plat ces dernières années pour une meilleure convivialité , une polyvalence maximale, en prenant en compte les particularités du kayak , possibilité d’eskimoter conservée , démontage de la voile aisée ,adaptation au bateau minimaliste avec pour résultat une gamme de voiles ( en trois tailles ) qui a  de la gueule .

Voile earth

Bien coupées , lattées et repliable sur le pont du kayak les voiles sont belles et solides . L’emplacement très en avant du bateau ne ne modifie en rien son équilibre à la pagaie ce qui est un réel plus la distance entre bôme et pagayeur doit cependant être suffisante pour ne pas être gené à la manoeuvre de la pagaie.

Ce type de gréement maté + bôme entraine bien sur un couple de chavirement . Il a  pour avantage de caler le bateau sur son bouchain ; on est ainsi moins «ballotté» et un coup de pagaie efficace le devient encore plus aidé par la voile . les grands bords dans la brise présents sur de nombreuses vidéos montrent que ça fonctionne bien , simplement et avec peu de réglages a réaliser.
La qualité du travail de voilerie et la rigidité du mat seront déterminantes dans le rendement vélique , un mat souple entrainant des déformations incontrolables , une augmentation de trainée, et une chute de la portance .

Un pieds de mat à fixer ,(sur silent block )  trois points d’attache , pour l’étai ( coulissant ) et les deux haubans,  deux petits clams à plat de voilerie( très bonne idée pas chère et pas lourde ) et c’est parti . les surfaces oscillent entre 0,7m2 et 1m2 .Pas de poulies de simples filoirs sur une pantoire .

Une autre option consiste  à placer un fourreau de mat au travers du pont et d’y loger le mat verticalement, sans aucun haubanage ni autre modification du bateau .Ensuite utilisation plus simple et facilité d’interchanger la voilure en cours de route sans débarquer a condition toutefois d’emporter plusieurs gréements et d’avoir accès sans débarquer au mat depuis l’hiloire.
De nombreuses versions sont possibles une voile , deux etc .. Dans l’ensemble des cas remarquez sur cette vidéo les tendances à l’enfournement dans le système mat en fourreau et voile haute .La voilure en vent arriere et grand portant entraine un couple vers l’avant qui enfonce l’étrave du bateau .

3) La voile tapecul Polyform.

Ce type de voiles ( ou plutot de positionnement ) existe depuis la nuit des temps pour stabiliser les bateaux de pêche . Le mat plus ou moins souple , seule modification du concept ,absorbe les rafales mais aussi la puissance . Ce qui en fait plus un appui qu’une réelle propulsion , d’autant que placée en arrière du cockpit le pagayeur ne voit pas la position de la voile , tout au plus l’entend-il flapper quand l’incidence est trop faible .Les descriptions de navigation dans des vents forts n’ont jamais été démontrées sur des vidéos ce qui me rend septique sur la réalité de ces dires .

La nécessité de percer le pont , et d’y fixer un fourreau traversant et surtout le besoin d’être contorsionniste pour l’enfiler en cas de mer un peu formée en lâchant la pagaie et mettant les deux mains derrière le buste ne me semble pas en rapport avec une voile utilisable en downwind tel que je le conçois . Le positionnement en arrière du centre de rotation du bateau entraine un bateau ardent qui ne peut être contré que par une dérive ou et un gouvernail . Ceci énuméré il y a quelques adeptes essentiellement en Bretagne .

4) La voile BIC Kayak

Le pliage aisé , la latte périmétrique interrompue , la surface qui se régule en poussée selon la force du vent ,et le prix imbattable , autant d’éléments qui ont fait que  la voile Bic a été largement diffusée .

Avec pour objectif d’être fonctionnelle et simple d’usage , cette voile a atteint ses objectifs . Je l’ai testé dans des vents pas toujours raisonnables et j’en ai tiré bien du plaisir .

Telle que livrée par le constructeur , elle autorise 45 ° de part et d’autre du vent arrière sans aucun réglage en navigation .Un bon positionnement sur le bateau , et une préparation correcte à terre permettent  un bon fonctionnement . Une installation dans les règles de l’art telle que décrite dans le manuel et sur les vidéos est simple et ne nécessite en général aucune modification du bateau . La voile peut s’incliner vers le pagayeur pour profiter d’une forte brise de telle façon que l’avant du bateau soit allégé , cela réduit l’enfournement et améliore les performances à l’inverse des voiles matées ..

une version modifiée de cette voile sur le trak kayak le repliage sur le pont est rapide :

IMGP6037

au vu du succès de ventes de la voile BIC , D4 s’est mis en tête de créer une copie en y ajoutant les ficelles D4 , c’est à dire un système de pliage très adapté à la démo en magasin mais totalement inutilisable en mer .
La mauvaise répartition des points d’attaches entraine des déformatiosn sur la voile .
la latte basse qui est sensée remplacer les bas haubans de la voile BIC casse , tout comme les lattes périmétriques très grosses et très lourdes .
pliage depuis l'hiloire ..
cette voile a été enlevée du catalogue en …2016

 

 

 

 

 

 

 

5)la windpaddle

développée et brevetée par un inventeur qui l’a ensuite revendu a un commerçant , cette voile représente pour moi l’inverse d’une voile …

Un sac à vent creux à 50% ou plus …si ça tombe à l’eau c’est 100litres d’eau que l’on ne peut pas toujours remonter a bord la voile respire de bas en haut , pas de puissance propulsive .. .Les lignes d’écoute sont tenues a la main ou sont passée derrière le cou !!!! au secours ! .

L’exemple du non produit mais ce que j’en dis , chacun ses choix car il semble que, outre atlantique, ça se vende  .Aucune vidéo dans du vent ..Bien que vu le prix je ne pense pas que par ici en Europe cela se vende bien ..

ryde_voile_kayak_16_05_2016_14_10_33

Nautigame vient de mettre sur le marché une stricte copie de la windpaddle ! … « all défaults inclusive » donc !

A 39 euros ce qui au vu du bidule est remplaçable par un bon parasol au même prix ,  mais ce que j’en dis ..

 

 

 

 

 

 

II)  Le kayak à voile :

Le kayaksailor

Là j’avoue que j’ai été séduit par le coté «vrai» kayak à voile , au point d’en importer un .. Nous changeons donc ici  de régistre . Affaire de famille cette petite structure n’a pas désiré avoir d’importateur en Europe.

Remonter au vent = dérives hollandaises , réglables de façon fine en inclinaison ,par un système de tringles rigides ; on peut ainsi à volonté avancer ou reculer le centre de dérive du bateau ; sans gouvernail c’est aussi jouable sur un bateau quand même pas trop gironné .

Sur cette vidéo on voit bien par exemple le mauvais choix de surface , il aurait été nettement bénéfique pour le rendement de réduire avec une prise de ris ou oter le foc que d’utiliser « tout dessus» avec une partie haute de la voile dont le rendement est décroché ( voir les pennons verticaux ).Remarquez que les coups de gite sont également beaucoup plus marqués avec que sans dérives ( sans dérives , on dérape) .

La voile qui peut s’ariser est de très belle facture , le mat alu télescopique, l’ensemble respire le solide .Quelques trous dans le bateau , une approche très bien expliquée de son montage réglage sur le site du concepteur .

L’ensemble s’affale sur le pont en moins de 2s , et se dresse dans le même temps .

Un foc facile a réaliser par soi même avait même été ajouté pour les faibles brises , un vrai petit voilier je vous dit !

Je me suis séparé de ce matériel que j’ai pratiqué une saison simplement parce que remonter au près en kayak ne me plait pas et la complexité sans cet aspect ne présente  plus d’intérêt pour moi ( rapport poids/ prix / plaisir ) .

Les folding kayak ont de tout temps possédé des grééments , Houari , ….

Le mat est placé dans un étambrai , la base posant au fond du bateau sur la structure Bois Le plus souvent ou alu dans certain cas .

Une bôme .. attention la tête quand même .

Deux dérive hollandaises ( parallèles de chaque coté ) a moins que cela ne soit plutôt Viking .

Bien sur le gouvernail. au pied ou à la main avec un retour en stick longitudinal.

On a ici le concept du mini voilier , d’ailleurs Nautiraid a exploité longtemps ce filon pour avoir une embarcation a voile qui n’était en fait qu’un kayak dépourvu de voiles mais déclaré comme tel , malin car cela permettait en théorie de naviguer comme un voilier sans les contraintes législatives des kayak .

C’est Kleepper qui à  inauguré le système . Le voyage à travers le monde du nord vers le Sud pour Fuir le régime Nazi a été certainement la plus longue navigation en kayak : 7 années de route .

On se rend vite compte alors que voile matée + dérives = gite = tentation de placer des flotteurs latéraux .

On poursuit la complexification vers un voilier pas aussi voilier qu’il ne semble ..et autres travers sur certain modèles la voile ne peut pas s’affaler , il faut déboiter le mat du pont ..

Lourd ,long à monter et assembler peu performant à la voile et surtout très peu performant à la pagaie quand le besoin s’en fait sentir . On ajoute ensuite l’enrouleur de foc … Pour la balade en plan d’eau abrités c’est tranquille jusqu’a un petit force 3 peut être 4 ? mais si le vent monte et la mer aussi , je préfère ne pas être à bord . Le pont ouvert (sans jupes) sera vite noyé , un démontable n’étant pas cloisonné le bateau deviendra bien lourd et quasi impossible vider aussi vite qu’il ne se remplit ..le volume d’eau se déplacera d’avant en arriere au gré de la houle … Chacun ses choix en connaissances de causes .

Une belle réalisation pour transformer le Nomad HP3 en petit voilier sympa ( amateur très averti ! de Danroll )

Plus près de nous le Belouga a voiles est le descendant de ces bateaux , le mat en fourreau supprime les problemes de haubannage .Peu diffusé il me semble quand même ..

belouga a voiles

Nous avions choisi la même option sur notre vadrouilleur des 2004  mais pour nous avec seulement un spi  descendu en 2 secondes ,et pas de dérives .

La dérive sabre elle par contre apporte des avantages (moindre trainée , pas de gène a la pagaie ) mais aussi des inconvénients  choc sur un haut fond peut être destructeur et oter une dérive profonde en mer sur un kayak n’est pas toujours chose facile .

D’ailleurs sur ce concept le Vadrouilleur a subi la greffe de deux flotteurs shapés , avec bonheur , mais c’est désormais un voilier plus qu’un kayak à voile pour moi .

Vient ensuite le concept du Tryak . ici le concept a été revu dans son ensemble l’assise est plus proche d’un canoé ou d’une pirogue que d’un kayak ; la longueur et les formes de carènes sont optimisées pour aller vite a la voile . l’avaleur de spi rend la navigation à  la voile certainement très plaisante et l’enrouleur de GD voile est l’élément qui permet de réduire a quasi néant la trainée aérodynamique de l’ensemble .

Cet équilibre se paie par deux flotteurs submersibles qui assurent stabilité et cohérence de l’ensemble .

Bonne remontée au près et belles envolées au portant garanties .Une tentative d’importation en France se soldera par un échec pour des raison inconnues .. pas de marché ? problèmes de fiabilité ? pourtant outre atlantique il se taille un beau succès aupres des « canoé campeurs » ..

Le plus gros le plus lourd et le plus vendu certainement dans le monde .

le Hobbie

Aboutissement du kayak trimaran produit de façon industrielle en Polyethylène.

Les flotteurs se rabattent le long de la coque principale pour le transport sur remorque , ils se démontent si besoin rapidement .

la voile sur enrouleur s’adapte aux conditions .

le bateau est décliné en solo et en biplace .

Dommage qu’il ne possède pas le spi sur avaleur du Tryak 😉 ah ben si et avec l’avaleur !
nouveauté 2016 semble t il, mais en y regardant d e plus près , pas de spi mais tout au plus un genois avec il est vrai un avaleur…Dommage pour les petits airs un spi asymétrique aurait été vraiment plus efficace ..

Les performances semblent inférieures au Tryak ;la présence du «mirage drive» , système de nageoires entrainées avec les pieds par pédalage , est très séductrice pour les pêcheurs et ils sont nombreux a avoir adopté ce système qui libère les mains .. Mais alors sans pagaies faut il encore parler de kayak ou de pédalo ?

Des cerf volants pour le kayak .

De nombreux essais montrent que sans envoi à terre c’est assez délicat pour la phase de mise en vol sauf a prendre une très petite taille . La faible traînée du kayak empêche la voile de re-décoller de  l’eau dès lors qu’elle y tombe . La réduction de puissance en cas de vent forcissant est impossible sauf à utiliser une aile avec border-choquer mais dans ce cas les mains ne peuvent contrôler la pagaie donc l’équilibre .

Arnaud de Rosnay en son temps avait pourtant fait de longues distances en étant couché sur sa planche a voile stabiisée et tirée par un monofil qui reste la seule solution utilisable raisonnablement.

un autre exemple :

un article de top kayaker sur le sujet : 

http://www.sit-on-topkayaking.com/articles/surfsail/kitesailing.html

Nos essais ,nos prototypes ..

spis

La premiere idée qui nous a fait parcourir de nombreux km sans efforts avec les Lazers et le Vadrouilleur .. un parachute de secours de parapente détruit ou hors d’age .. une gaffe télescopique et quelques coutures plus loin ..

Voiles gonflables

Bien sur le kite surf inventé par un copain de l’époque des 80’ , Bruno Le Gaignoux et son frère ne pouvait que m’inspirer le mat gonflable .. Le concept du boudin fin emprisonné dans une structure résistante en dacron autorise de fortes pressions internes tout en conservant la forme désirée par le concepteur léger et rigide !.

Le premier proto «Pétale» est un peu comment dirons nous… étrange mais bien sur vent arriere ça fonctionne ..

Le second , nommé «Papillon» , est beaucoup plus performant , issu du concept voile pince de crabe polynésien revu mats gonflables ..

Efficace je l’ai en fait peu utilisé car il est entré au moment ou j’avais un travail conséquent pour Bic sport , pas assez de temps pour tout faire .. Et il s’est avéré trop couteux a produire pour une grande série.

Voiles à mat

comme avant  de juger  quelque chose j’aime a le pratiquer , j’ai donc testé :

-Le tape cul

-Le mat devant

-Importé direct USA un Kayaksailor ..

Ma vision de la pince de crabe version lattes souples et alu .

Très peu utilisée aussi pourtant ça marche ..

Voiles à latte périmétriques .

Aujourd’hui j’ai développé sur le même principe une voile beaucoup plus performante , capable d’un vrai vent de travers .

Mes conclusions personnelles .

La voile est une aide en kayak , pour moi elle ne remplace pas les pagaies mais au contraire les complète . Si on la sort tant mieux sinon ce n’est pas grave , peu de contraintes , peu de poids embarqué .Cette voila a été placée sur des kayak gonflables , solos et biplaces , sur des kayak rigides , sur plusieurs modèles de surfski avec très peu d’adaptation nécessaire .

Les amis avec lesquels nous partageons les sorties utilisent quasiment tous ce moteur embarqué et avec plaisir , et dans des conditions plus ou moins fortes selon leurs choix .

Les choix qui s ‘offrent a vous sont multiples , selon votre façon de naviguer , vos objectifs, et votre attirance pour la voile .

Achat de 70 a 700 euros pour le gréement seul .

Bricolages perso sur la base de ces propositions .

Achat d’occasion a des personnes n’ayant pas su utiliser leur matériel 😀

j’ai vu ça aussi !

III)  Et si un peu de technique vous séduit …

kayak surf-sailing

La pratique:

Cette navigation consiste à descendre sous le vent , en profitant du surf sur la houle , agrémenté de la poussée vélique , et des actions pagaies , propulsives  ou d’appuis .

Les vitesses sont égales ou supérieures à celles atteintes en surf dès lors que le vent dépasse les 15 noeuds .

Les notions de vent relatif me semblent indispensables pour cette pratique.

Aussi voila un petit rappel  ..

Prenons un exemple facile à reproduire par soi même…

1° exemple =>Je suis en vélo , le vent est nul  dès lors que j’avance le vent vient face à moi . C’est le «vent vitesse» il se crée par mon déplacement que celui ci soit à vélo à pieds ou en kayak .

2° exemple => Je suis en vélo j’ai le «vent météo» a l’arrière de ma trajectoire .

– À l’arrêt le ressenti est de 5km/h de vent arrière . Dès lors que j’avance le vent est moins présent .. puis en accélérant a 5km/h je n’ai plus de vent du tout et j’ai chaud !

pourquoi ? 

-Mon « vent vitesse» qui vient face à moi est de force égale au «vent arrière» et ces deux forces dans ce cas s’annulent . d’ou la perception d’un VENT  RELATIF nul .

-Si j’accélère encore disons a 10km/h le vent est désormais de nouveau face a moi et la valeur sera de 5km/h … C’EST MON «VENT RELATIF»; il prend en compte les différentes composantes ( vitesse , météo .. )

À quoi cela peut il me servir ? 

À comprendre les mouvements de ma voile en downwind et ainsi en déduire les réglages a adopter !

Lorsque je place une voile ( perpendiculairement au vent ) en vent arrière sur mon kayak  la configuration  sera identique à celle ressentie en  vélo , sauf que la vitesse d’avancement est procurée par la voile qui pousse le bateau . pour un vent de 8km/h disons que j’avance ( exemple ) à  4 km/h ..

Je commence a pagayer ; la force de pagayage va s’ajouter à la force de propulsion de la voile . Si ces deux forces m’entrainent à 8km/h je serais dans une configuration de vent nul , ni arrière ni avant … (comme en vélo les deux vitesses s’annulent) .

=> le «VENT RELATIF» est nul.

Si j’accélère encore alors le vent va venir de face ( égal a la vitesse atteinte moins le vent arriere ..)  soit disons pour l’exemple 12km/h -8km/h = 4km/h de «VENT RELATIF» face .

on voit bien que le vent de face va pousser sur la voile de façon opposée a mon déplacement et la rabattre  sur le pont du bateau .

C’est pour cette raison qu’il est pratique et souhaitable que la voile puisse se rabattre sur le pont sans trop gêner le pagayeur , ou procéder a des modifications de la voile et de son système de contrôle en navigation , nous y reviendrons plus tard . .

Dans la navigation en kayak aidée par une voile plusieurs facteurs se télescopent :

-le vent qui pousse sur la voile

-la pagaie qui me propulse

-la vague que je vais surfer et qui me pousse aussi .

La convergence de ces forces fait que , dans un vent de moins de 10km/h , on arrive assez vite à vent relatif venant de l’avant , la voile devient alors sans  efficacité ..sauf a ralentir un peu le pagayage .

Nous résumons pour ces exemples à des forces opposées de façon radicales : vent arrière et vent vitesse .

Pour résumer

(1)=> La voile ne me propulse que dans la limite ou la vitesse du vent est supérieure à ma vitesse propre , et son orientation de l’arrière vers l’avant .

  1. => avec le vent arrière ou proche de celui ci  , il est impossible  d’aller plus vite que le vent .. sauf a bénéficier d’un surf !

Alors la voile sur un kayak ça vous tente ?

J’ai pu lire au fil des années des critiques envers cette voile Bic , dans la plupart des cas elles ont été émises par des personnes qui n’ont jamais essayé .. Et confondent voilure propulsive et voilure d’appui . L’appui sécurise celui qui dans son kayak instable soumis a un roulis marqué se trouve sécurisé par un appui sur le bouchain du à la poussée vélique . Que celle ci soit aussi peu éfficace en terme de propulsion est si évident qu’ils définissent eux même un vent de F4 beaufort ( 20 a 28km/h ) pour sentir une poussée … et force 6 a 7 ( soit 39 a 61 km/h excusez du peu la fourchette !!!) pour que ce soit « intéressant » .. Décidément ce n’est pas très raisonnable ,il vaut mieux passer son chemin à mon avis .

En comparaison avec un vent de 15 noeuds on dépasse les 6 noeuds au portant en kayak pépére et voile Spoon .. Cherchez l’erreur 😀

Quel que soit votre choix je vous souhaite de belles envolées véliques 😉 .

Publicités
À propos

une passion pour le kayak et les engins a propulsion naturelle : propulsion humaine , vent ..

Tagged with: , , , ,
Publié dans bricolages et bidouilles, kayak a voile, Uncategorized
75 comments on “propulser son kayak avec le vent ( maj 18/01/ 2017)
  1. serge dit :

    Question d’un néophyte : Est-il possible d’adapter une petite propulsion à voile sur un KG de type Solar monoplace ?

  2. serge dit :

    Avez-vous un lien pour trouver des Voiles de Kayak à acheter ?
    J’habite Nice

  3. pinkandy dit :

    non les voiles de type Pacific se trouvent sur le net , le prix est assez élevé , il est préférable a mon avis de les fabriquer soi même , sur le site de Carnet d’aventure ( lien dans ce blog ) , il y a plusieurs constructeurs et même les plans de Gilbert . ou ceux de Danroll .
    pour ma part j’utilise des voiles que je réalise par moi même ..

  4. serge dit :

    Avec un parasol ? …..j’avais pensé aussi à une petite tente de plage ( mais je n’ai pas encore trouvé le system pour la fixation)
    Sinon j’ai trouvé un lien http://www.windpaddle.com/video.htm
    cette voile existe en 2 modèles ( la + cher pour 150 euros + ports)
    Qu’en pensez-vous ?

  5. pinkandy dit :

    1 metre carré de spi , avec une latte qui coute 15 euros pour 150 euros , franchement je préfère bricoler moi même 😉
    a noter sur le site de Nerée .org un plan de voile on ne peut plus simple qui concurrence les pacific en plus simple a réaliser surtout au niveau coupe de la voile …
    le morceau de parasol fonctionne au vent arriere , même entier et ça peut servir une fois sur place 😀

  6. serge dit :

    Et que pensez-vous de ce système :
    http://www.hiboox.fr/go/images/divers/inflatable-kayak-rig-007,44ee7584059b59d84675d51c0bee878a.jpg.html
    Remonter le vent sans pagayer ….je rêve

  7. pinkandy dit :

    tous ces systemes , je les connais bien entendu il en existe un grand nombre sur le net , tous plus lourds compliqués volumineux et chers les uns que les autres , a mon avis totalement contraire au fonctionnement d’un gonflable dont simplicité de mise en oeuvre est le maitre mot …

    en ce qui concerne la remontée au vent ,il vaut mieux choisir un dériveur qui est conçu pour cela . ces adaptations ne le permettent pas non plus , tout au plus un travers avec une grosse dérive .. 😦

    pour faire du travers le systeme Pacific et ses dérivés est certainement le plus simple a réaliser , même si els surfaces sont limitées pour les conditions sudistes de l’été ..

  8. laurent dit :

    sympa ce tour du monde pour kayakocanoeistevoileux!!
    canoevoile sur overblog a bientot

  9. tanauser dit :

    1) J’ai une Windpaddle que j’ai payé sur Ebay 100 euros par 225 $

    2) Même avec une dérive , on a une glisse latérale très incomodante

    3) Si le Windpaddle tombe dans l’eau , pour la remettre d’aplomb cela relève de la performance car il se transforme en bâche a eau, et dans un kayak vous n’avez que peu d’appuis

    4) Le Windpaddle a comme inconvenient de tomber quand le vent s’arrête .

    Bref J’attends toujours celui qui mettra en vente un Kit avec une Baume et un mat

    salut Andy

    • pinkandy dit :

      merci pour ton avis d’utilisateur 😉
      il confirme ma vision de ce systeme ….
      bonnes balades 😉

  10. Mathieu dit :

    Un tronc de jeune pin sylvestre, une bâche trouvée dans les sous bois et coupée en triangle, quelque ficelle récupéré dans les poubelle d’helsinki en guise de haubant et de drisse, des anneaux de porte clefs pour faire couliser le tout… et le tour est jouer. Ca nous fait un petit foc. La navigation était possible par vent arrière et de côté. Par contre, par gros temps, c’est très dur de rester côte à côte, donc danger si l’un chavire.

    http://www.europesudnord.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=220&Itemid=185

    • pinkandy dit :

      peu importe le systeme , seul le plaisir d’être poussé par le vent demeure un plaisir 😉

  11. EMEYRIAT dit :

    Bonjour,
    Je compte installer une voile type « belouga » fabriquée pr mes soins sur mon nautiraid 500 Bi. Sans transformation du bateau (juste un mat central, pas de derives, pas de flotteurs), une petite voile d’appoint quoi !
    Question: a votre avis, quelle surface de voile est raisonnable ? je comptais partit sur 80cm de bome pour 1m20 de hauteur (soit un mat culminant a environ 1m70 du sol. Suis je su rla bonne voie ? trop petit ? trop grand ? a votre avis ?
    Frank

    • pinkandy dit :

      pour ma part je n’utilise pas de voile sur mat ni avec bome , je trouve cela trop compliqué je préfere le spi de portant .
      pour els surfaces ,c ela dépend ou vous naviguez , atlantique etc , et les forces de vents envisagées . nous utilisons de 3 a 5,5m2 de spis .

      notre mat fait trois metre ( trois tronçons d e1 metre . )

      si je mettais un mat , je copierais le systeme utilisé sur els bateaux avec enroulement de la voile autour du mat pour réduire la surface , c’est un peu moins performant , mais cela permet de naviguer dans des conditions très variables ,
      pour cela il faut placer une bobine en bas du mat ou sur le pont , solidaire du mat , et un va et vient pour enrouler dérouler , regarder le systeme du Gobie trimaran peut être instructif 😉

      le systeme belouga avec lattes multiples ne permet pas la réduction d e voilure et me semble bien petit en surface , mais c’est a essayer

      bon bricolage 😀

  12. EMEYRIAT dit :

    Merci de votre reponse… a force de lire votre (excellent) blog, je finis par etre convaincu que le SPI est une solution pleine d’avantages sans tellement d’inconvenients… est ce trop demandé que de vous demander des plans de votre voile 3m2 ?
    Je pars en corse au moins de juin, je n’aurai pas beaucoup de temps pour des essais, j’aimerai ne pas trop me planter…
    a+

  13. pinkandy dit :

    merci pour le compliment , pour le reste je vous met un MP

  14. perroud dit :

    Bon ca avance comment tout ces essais, je suis à la recherche d’une solution « voile » pour mon nauti 500bi
    Que donne vos différents essais et pouvez vous me communiquer le ^plan de la voile SPI de 3m2

    merci

    • pinkandy dit :

      bonsoir ,
      il n’existe pas de plan du spi a proprement parler ; pour dessiner un spi il y a des logiciels en libre de droit sur internet , pour PC …

      pour les voiles , la commercialisation de la spoon est prévue pour juillet ou aout ..
      pour la voile a bord d’attaque gonflable papillon , pas commercialisable , trop cher a produire => pas de marché hélas …

      le choix de la voile dépend de ce que l’on veut en faire , si c’est pour remonter au vent , le spi , et mes autres propositions ne collent pas .. pour le portant oui ..

  15. perroud dit :

    Je me dirige vers la solution Cerf volant de chez MANTA qu’en pensez vous?

  16. pinkandy dit :

    pour ma part je ne suis pas pour le cerf volant car c’est pour du vent arriere et je trouve ça dangereux , en cas de déssallage ça continue de tirer au-revoir le bateau ou si on est relié au bateau … bonjour la tasse …
    je ferais un essai avec un pote qui kite depuis longtemps afin de rigoler un peu dans la brise quand cela se fera je vous ferais un petit post .. mais avec une aile a boudin je préfère pour ma part . le système manta pour la survie sur un bateau stable me semble un bon choix , pour le kayak je suis loin d’être convaincu , mais c’est certainement parce que j’utilise des choses beaucoup plus simples a mettre en oeuvre .. lancer un cerf volant monofil prend les deux mains , donc la stabilité initiale doit être tres bonne , récup du cerf volant même chose , deux main donc plus d e main pour la pagaie … et pendant trop longtemps a mon gout 😉

  17. dubois dit :

    Je suis plus kayack que C2, davantage lac et rivière que mer. Mais j’ai envie d’essayer, sur lac, le canoë avec voile. Il me semblait en avoir vu en vente, directement, sur catalogue type vieux campeur. Apparemment, je n’en trouve plus en vente directe. Si quelqu’un a vu quelque chose, et connait ce type de matériel (si possible démontable donc gonflable). Merci et bravo

    • pinkandy dit :

      tu cherche un canoé avec un systeme de voile ? dans ce cas va plutot sur le forum-kayak , tu trouvera des interlocuteurs pour te guider , mais a ma connaissance a part certain systemes vendus aux US , en france il n’existe rien de complet livré tel quel . seulement d es voiles a adapter plus ou moins de façon sérieuse .. démontable ou gonflable la il n’existe que le Nautiraid , le prix te rfera peut être un peu sursauter une fois tous les éléments en place ;. ou encor echez Kleepper ..

  18. sergio dit :

    Bonjour .
    Je n’y connait rien en kayaks et canoes mais suis voileux, sur petite embarcation, notre philosophie est la meme. Sur lac riviere et mer, avec des rames et a la voile.
    Vous devriez regarder le systeme de »trinquettes jumelles » inventées dans les années 30 par marin marie, qui a traversé l’atlantique sans toucher a la barre ,juste avec cette voile.
    Ca me parait bien adapté pour vous. Simple et efficace, peu cher chez un maitre voilier.
    Amicalement.

  19. jean charles dit :

    je me suis procurer la voile bic
    elle est très bien, sauf que quand le vent est faible la voile ne se gonfle pas , il faut que sa moutonne, sinon j’utilise un parasol de decathlon en toile satiné avec structure aluminium pour seulement 15 a 16 euros
    amicalement

    • pinkandy dit :

      bonjour Jean Charles
      vous ne nous dites pas sur quel kayak vous avez ces problemes d’utilisation .. ni décrivez le type de montage ( position etc )

      La notion de vent faible est assez subjective ,les moutons venant vers force 5 soit 29 a 38km/h en dessous d e ce vent ce n’est pas du vent faible je pense ..
      votre appréciation ne correspond pas avec celles des utilisateurs qui désormais sont nombreux ou des potes qui naviguent avec moi en kayak 😉

      La voile est utilisable des 5km/h de vent , tout est simplement question de réglage des points d’amure et des points d’écoute

      1)La distance optimum entre le pied de voile et les points d’attache des écoutes horizontalement 120cm mini 150 maxi
      2)Les deux haubans latéraux ne doivent pas être trop serrés sinon ils empêchent la voile de passer en avant d e son pied condition impérative pour prendre la courbe ..
      3)La largeur minimale au pied de la voile pour une bonne tenue latérale ne doit pas être inférieure a 25 cm

      sur cette photo ( en mail direct ) le vent est inférieur a 8km/h , lors des surfs a la pagaie elle tombe sur le pont car la vitesse est supérieure a celle du vent ..

      Mais si vous préférez le parasol libre a vous 😉
      vous trouverez ici : http://www.forum-kayak.fr/index.php/topic,1180.0.html un doc PDF qui montre les réglages et décrit l’utilisation d e cette voile .
      cordialement
      Andy

      • pinkandy dit :

        jean charles a aplliqué les réglage sque je lui ai passé par mail et désormais ça va plutot bien , apprendre a régler et positionner sa voile est nécessaire au bon fonctionnement de celle ci 😉

         » son dernier mail :
        essais concluant ;
        le vent soufflé a une quinzaine de km/h avec de la houle, la voile est restée gonfler en permanence
        enfin je vais pouvoir optimiser la voile bic pleinement.
        je vous remercie pour tous ses conseils
        amicalement jean charles »

        tout va bien 😀

  20. Beaume dit :

    Bonjour,
    je possède un kayak depuis maintenant 1 ans, un costa rica de chez rtm que j’utilise en lac et bientôt en rivière. Pensez-vous qu’une voile de type flip-flap de chez bic conviendrait?

    félicitations pour votre site!

    cordialement.
    Clément.

    • pinkandy dit :

      je ne connais pas ce bateau mais dans la mesure ou il est avec une ligne de vie ou si l’on accède a l’intérieur pour visser deux pontets , distants en largeur de 20cm ou plus , çà fonctionne , le plus petit bateau sur lequel je l’ai mis est le Yakkair One HP de 3,30m de long et ça marche très bien .
      distance longitudinale optimale entre le pieds de voile et les points de tire d’écoute 120cm .

      bonnes balades

  21. Bergeault Daniel dit :

    Félicitations pour votre compétence et votre générosité. Je vais essayer une voile BIC que je viens de faire venir sur un KTM Key Largo, à La Réunion. E si un jour vous passiez par là …

    • pinkandy dit :

      merci 😀
      sur ce type de bateau c’est facile a utiliser et ‘laide sera appréciable 😉

      si tu as des dificultéa pour la mise n place n’hésite pas a recontacter ..

  22. arnaud dit :

    Bonjour.
    A moins que j’ai raté un paragraphe, ce magnifique exposé pouvait commencer par la plus simple des propositions : un parapluie de golf ! J’ai vu des images de cet accessoire utilisé comme voile. Peu de place plié, léger, pratique, pas cher. Le manche peut être fixé au kayak. Il peut être doublé si deux passagers. Il existe même transparent et en version solide (tempête , testé jusqu’à 100km/h de vent), Idéal dans la petite brise car il reste toujours en forme et en place (contrairement à la BIC que nous utilisons par exemple). Et en plus il peut servir à la pause comme parasol !
    Amitiés sportives.

    • pinkandy dit :

      Si la voile Bic ne tient pas en place c’est qu’elle est mal montée 😉

      Pour le parapluie ou parasol ce n’est pas une voile au sens du terme .. et elle présente de nombreux risques pour les utilisateurs , baleines agressives , et surtout impossibilité de gérer la puissance .

      Tentez juste une navigaton dans un petit force 5 avec ce genre de matériele nsuite on en reparle 😉

  23. alexandre nice dit :

    merci pour la refonte

  24. Pierre Louis dit :

    Bonjour , j’habite en nouvelle calédonie et possède un kayak tribal 3 place ,je suis vraiment tenté par la voile bic , ici il y a du vent en permanence mais toujours orienté sud , sud est , alors ma question , que fait on de la voile pour naviguer face au vent car forcément je suppose que cela devient une gêne , et à un moment donné on se retrouvera forcément vent de face à l’aller ou au retour
    D’avance merci

    Pierre

    • pinkandy dit :

      la voile se replie sur le pont on la glisse sous un élastique , ou la place dans son sac .. elle ne gene nullement a la navigation pagaie .

      il est préférable pour des raisons de sécurité d e partir contre le vent pour ensuite revenir avec la voile cela évite de trop s’éloignera la voile et ensuite ne plus être physiquement capable de rentrer au point de départ

      • Pierre Louis dit :

        Merci de votre réponse , cela va m’aider dans mon choix .

        Bonne continuation

        Pierre Louis

  25. Sebastien dit :

    Bonjour,
    Félicitations chaleureuses pour la conception du kayak nomad, que j’ai depuis 1 an et qui me ravit.
    Je souhaiterai m’équiper d’une voile.
    J’ai bien sur repéré la BIC, mais sur ce billet vous en utilisez un autre il me semble,
    « Aujourd’hui j’ai développé sur le même principe une voile beaucoup plus performante , capable d’un vrai vent de travers . Un peu plus complexe à construire , et un peu plus de points d’ancrages nécessaires pour la régler , mais quel plaisir ! »
    Je souhaiterai utilise la voile par vent faible à modéré, surtout en rivière et à 2 ou 3 dans le Nomad.
    La voile plus performante est elle commercialisée quelquepart ? Pourrais-je en savoir plus ?
    MErci d’avance !
    Sebastien

    • pinkandy dit :

      Merci beaucoup 🙂

      La voile spoon « ultima  » n’est pas en vente , seuls une dizaine de protos naviguent à ce jour . la voile a été re-dessinée pour augmenter la puissance et surtout permettre un vrillage plus facile a obtenir ..

      sur le Nomad , la voile d’origine fonctionne bien , les surfaces ne sont pas tout loin de là et une grande surface peut être moins propulsive qu’une plus petite .. l’encombrement minimaliste de la spoon dans sa version d’origine est pratique à l’usage .

      Il est important de bien placer la voile , les points d’attache au niveau du deuxième anneau sur le coté du bateau et surtout pas sur la poignée ou sur la ligne de vie les réglages des bas haubans sont eux aussi importants pour la propulsion , la voile ne doit pas trop ployer sur le pont .. il faut un vent minimum de 6 a 7km/h pour bénéficier d’une propulsion , et environ 12 a 15km/h pour dépasser la vitesse de pagayage habituelle sur un Nomad .

      bonnes balades 😉

  26. Gauthier dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour vos partages, tres interressants et instructifs, qui m’ont encouragés à me laissé tenter par la voile kayak sailor recemment, que j’ai essaye pas plus tard que cette après midi à cagnes sur mer sur un RTM ocean quatro + safran be kayak, c’est sur c’est un paquebot, mais cela fonctionne presque bien (je n’avais pas mis la genoise), je dit presque bien car la remontée au vent est un poil laborieuse (ceci dit je n’ai pris que 10 heures de cours de voile il y a 20 ans, et je n’ai plus jamais navigué a voile depuis, alors c’est sûr faut pas critiquer le matos…).
    Mais c’est globalement très positif, je me suis bien amusé a tirer des bords. ya plus qu’a s’améliorer :-).
    Alors je me demandais si j’ajoutais encore des derives hollandaises (genre styroflex 8 mm pour faire simple et fragile) pourrais aider serieusement la remontée au vent, ou bien si c’est de la pure spéculation.

    Merci pour ce blog.

    • pinkandy dit :

      si le kayak ne remonte pas a 45° du vent c’est que les dérives et l’ensemble mat voile sont placées trop en avant le centre dedérive du bateau est alors mauvais .. reculer au max mais je ne conbnais pas bien ces sit on top je l’avoue cependant sur le site du constructeurs l y a pas mal d’exemples de ces bateaux a regarder de pres 😉 bonnes nav et sur l’eau un de ces jours qui sait …

  27. Jose dit :

    Bonjour,

    Heureux proprietaire d’un solar 410 depuis peu et tres seduit par cette voile Bic, je me demandais si l’on pourrait adapter ce systeme sur mon gonflable…meme s’il faut bricoler un peu.

    • pinkandy dit :

      c’est bien sur possible il faudra poser eux anneaux a l’avant ‘ environ 30cm de large entr’axes mini , et deux anneaux a l’endroit ou on place les écoutes soit 100cm a 120cm des points d’attaches de la base de la voile on trouve des anneaux avec bande de pic collables ou nytrilon a demander au distributeur du bateau .

      • Jose dit :

        Merci, je me disais aussi qu’il devait y avoir une solution. Pour les ecoutes je pense que les anneaux de fixation du siege avant devraient faire l’affaire. Pour l’avant, tu penses a des anneaux collables ou bien a les attacher aux cordes de securite de proue? Pour un KG, donc souple, la voile ne risque pas de trop enfoncer l’avant du bateau dans l’eau?

  28. José dit :

    Re-bonjour.

    Ca fait trois semaines que j’ai acheté cette fameuse voile Bic et environ deux que j’ai collé les anneaux sur mon KG en respectant les distances préconisées. 35 cm à l’avant et 1m40 de distance vers l’arrière.

    Premier test…je lance la voile qui se gonfle aussi tôt….moment de flottement puis elle tombe dans l’eau du Léman. Deuxième essai….pareil, idem pour le troisième…et ainsi de suite pour l’heure qui s’en suit….dégoûté!!!

    Retour à terre et après observation…j’avais oublié d’attacher les cotés de la voile à l’anneau de la base….

    Une fois cette erreur corrigée, remise à l’eau du kayak, pagayage contre le vent (fort par ailleurs) et demi tour, largage du spi….et……wow, il tien droit comme un chef. Les rafales poussent gaiement mon fier navire et moi je n’ai plus qu’a tenir le cap avec ma pagaye…bon sang, ça avance tout seul et a bonne allure en plus. Je suis content comme un gamin.

    Plusieurs sorties ont confirmé le bien fondé de cette toile depuis et cela même avec deux beaux gaillards à bord qui frôlent les 100 kg chacun (c’est vrai qu’il faut une belle Bise pour le mouvoir avec ce lest).

    Concernant l’installation sur le Solar 410, il suffit de coller juste les deux anneaux de proue, les deux à l’arrière ne sont pas nécessaires car on peut utiliser ceux du siège du milieu qui est à porté de main du siège arrière.

    Le seul hic avec mon gonflable est que la proue est loin devant…très loin. Il faut donc faire de l’équilibre pour aller le déployer et pour revenir m’asseoir….après je n’ai pas encore le coup de main pour le plier en mer (lac) je le laisse donc posé sur le pont, ce qui sert en plus à éviter les rentrées inopinées d’eau à bord, mais il faudrait que je m’entraîne sérieusement au pliage de la voile à bord…déjà que j’ai du mal à terre…

    Pour conclure, cette voile est un atout pour aider dans les ballades, ça ne fera pas de votre kayak un voilier, elle prend peu de place et est très légère, le prix est correct et il me semble que la qualité de fabrication est assez robuste. Le seul reproche que je pourrais faire, c’est que l’explicatif de montage qui figure sur la house est vraiment trop minimaliste…on est pas tous des marins…un petit flyer plus parlant à l’intérieur du sac ne serait pas un luxe. Pour le premier montage en tout cas.

    Merci pour les conseils donnés dans ce site et désolé pour la tartine que je viens de pondre.

    Bonne « nav » à tous.

    • pinkandy dit :

      le principal estd e se faire plaisir , et la voile peut soulager les bras 😉

    • Guy Murat dit :

      Je viens d’acheter un solar 410 également, que je ne pourrai certainement pas utiliser avant avril / mai, je pense hélas,question de saison. Je ne me sens pas encore assez expérimenté pour pratiquer en hiver.
      Accepterais-tu José de me donner ton adresse mail perso au cas où j’aurais des questions ponctuelles, concernant l’utilisation du solar 410. Si oui tu peux m’envoyer ton accord à mon adresse perso : guym12@yahoo.fr.
      J’ai notamment l’intention d’acheter la voile Bic
      cordialement
      Guy

      • pinkandy dit :

        Je crains que José ne soit pas passé par ici depuis longtemps ( 2014) .. toutefois si tu as des questions sur la voile ou et le Solar nous maitrisons assez bien les deux 😉

  29. Michel dit :

    Bonjour,

    Connaissez-vous des écoles de voile proposant des stages de kayak à voile ? Pouvez-vous me laisser leurs coordonnées ? Merci.

    • pinkandy dit :

      le kayak a voile n’est autre qu’un mini voilier , les connaissances théoriques sont les mêmes , doncune écoled e voile peut vous être utile mais un simple didacticiel sur la voile devrai vous suffire poru débuter avec un kayak équipé d’une voile , tout dépend du typed e gréément , les voiels de portant sont un jeu d’enfanta utiliser .

      pas d’écoles qui proposent la spécialité kayak voile a ma connaissance .

      bon vent 😉

      • Frédéric dit :

        La seule spécificité par rapport à un apprentissage de type dériveur ou cata est la sécurité en cas de chavirage sous voile avec un kayak fermé (trou d’homme). Certaines voiles permettent en théorie l’esquimautage mais il ne faut pas systématiquement compter dessus. Un ami a failli y passer avec une voile Flat Earth qui, normalement, peut se rabattre sur le pont en cas d’urgence et permettre l’esquimautage. Donc, surtout en ce cas (voile + kayak fermé) – même si c’est conseillé dans tous les cas – ne pas naviguer seul, rester groupés (vite fait de creuser les écarts à la voile; d’autant que la vigilance est plus dure à maintenir qu’avec la pagaie seule) et s’entraîner aux manips de secours par entr’aide.

  30. pinkandy dit :

    Ceci n’est pas spécifique au kayak a voile , le kmer avec hiloire s’est amélioré et aujourd’hui les hiloires sont plus grandes ce qui permet de sortir sans gene la plupart du temps . Quand on se demande si l’on peut apprendre a faire du kayak a voile , je pense que l’on se trouve loin de la pratique extrême pour laquelle l’esquimautage est nécessaire ; ceci dit il est certain que vouloir eskimauter avec un kayak a voile est illusoire , déjà sans la voile le taux de réussite est assez faible hormis pour les pratiquants très assidus ou professionnels .

    Pour ma part j’ai navigué très souvent dans des conditions fortes avec la spoon et j’ai toujours regagné le bord seul et sans assistance si ce n’est celle d’un flotteur de pagaie . Un déssallage est toujours possible même sur une simple fausse pelle ..

    il était bien de préciser cela 😉

    Un des gros risques est de voir partir le kayak remis a l’endroit sous voile et de ne pas pouvoir le rattrapera la nage d’ou l’intérêt du leash ..

  31. Py dit :

    Bonjour,

    Et que penser de la voile Tribord face à celle de Bic? Elles se ressemblent beaucoup mais ont elles les performances?!

    Merci 😉

    • pinkandy dit :

      jJai conçu cette voile pour Bic sport , très bien vendue dans les magasins Decathlon pendant deux ans , ils ont décidé de la copier et de produire la leur afin d’augmenter ( encore) les marges bénéficiaires , c’est leur choix et comme ces produits ne sont même pas déposés ils peuvent faire ce que bon leur semble .
      Toutefois ma vision de cette voile est la suivante :
      -Mal suspentée le centre de poussée n’est pas correctement réparti .
      -Le systemed e pliage est impossible a manipuler en mer , mais dans un magasin c’est facile ..
      -La surface un peu supérieure n’apporte rien car la forme est peu propulsive .
      -La latte est trop grosse ce qui induit un poids supérieur .
      -Les systemes d’attaches a velcro sont d’une autre époque pas pratiques et dificiles a régler .

      Mais ce que j’en dis , c’est juste parce que l’on me le demande 😉

      Dommage que Bic n’ai pas eu envie de produire la spoon « ultima » qui est encore très supérieure en rendement . Peut être un de ces jours avec un ami voilier on s’y remettra allez savoir … A moins qu’un plan de fabrication en amateur ?…..mais peud e personnes disposent d’une machine sufisament puissante pour assembler la sangle sans laquelle le produit ne fonctionne pas ( résistance a la compression …)

  32. marc billiottet dit :

    Pour ma part, j’ai adopté une solution de facilité, un peu chère, mais qui me donne toute satisfaction. J’expose:
    J’ai un Hobie Mirage 13 équipé de la voile triangulaire hobie, avec enrouleur, et les 2 flotteurs gonflables. C’est super, très stable, même par force 4 avec rafales à 5 et efficace quelles que soient les allures.
    Par contre, cela a un coût: 520 euros pour la voile, de mémoire 150 ou 200 euros pour les stabilisateurs et 70 euros pour le système enrouleur (très pratique).
    On peut aussi parachever le tout en changeant le safran d’origine par un plus profond (40 euros). Par force 4 ou 5, la gite (malgré les flotteurs), rend le safran d’origine moins opérant.

    • pinkandy dit :

      le principal est d’être heureux avec son matériel ! pour ma part j’ai etsté des flotteurs gonflables sur différents kayak et les performances s’en sont trouvées très réduites en comparaison avec les flotteurs rigides ..on arrive vers les 1000 euros de matériel , ce qui est supérieur a un gréément kayaksailor que je trouve plus technique et plus adaptable ..

      bon vent et bonne sbalades 😉

      • marc billiottet dit :

        Vous avez certainement raison en ce qui concerne la différence de performances entre stabilisateurs rigides et gonflables. Il faudrait que j’arrive à adapter des rigides en bout des bras du système Hobie. (celui-ci a l’avantage d’offrir 3 positions par rotation: position haute, semi-haute et basse). Mais où trouver des flotteurs seuls ? A moins de se les faire fabriquer et adapter sur mesure… Si quelqu’un connait, je suis preneur. Merci.

  33. pinkandy dit :

    assez facile a bricoler avec du polystyrene expansé, ensuite une stratification a l’époxy , regardez le post sur la transformation du vadrouilleur en trimaran , ici https://andypink.wordpress.com/2012/03/28/trimaran-kayak-le-shape-des-flotteurs/,

    le shape et la strat ..

  34. Fred D dit :

    Merci pour votre partage d’expérience, c’est aussi plaisant qu’instructif.

    Je me pose des questions sur le fait de combiner deux voiles sur un kayak.

    J’ai acheté un kayak d’occasion possédant une voile tapecul d’origine (c’est un polyform skyros). Je ne l’ai pas encore essayé, mais selon les retours que j’ai pu lire, (dont le votre) il semble que ce soit pas la formule la plus aisée à utiliser.
    Aussi, j’envisage d’autres possibilités.
    J’ai pu constater sur l’une de vos vidéos (celle ou vous montrez l’enfournement des kayaks) qu’un kayak avait une voile tapecul et une voile avant.
    Savez vous comment il se comporte ainsi voilé ?

    Peut on dire que ce montage profite des qualités des deux voiles ou au contraire c’est inutile et elles font double effet ?

    Cordialement
    Fred

    • pinkandy dit :

      mes expériences avec une voile tape cul sur un kayak m’on convaincu que ce n’était pas la bonne option pour plusieurs raisons :
      le centre de poussée vélique est en arriere du centred e carene ce qui impose un plan de antidérive important aileron ou gouvernail très dimensionné , dans le cas ou la voile a une réelle pousée vélique et non un simple appui à la gite pour stabiliser le bateau ,. ensuite ne pas visualiser la voile et son incidence sont abhérants en terme de voile .

      mon choix se porterait sur le concept Kayak sailor que j’ai essayé avec succes sur plusieurs bateaux , et pour une raison simple , les plans anti dérive sont inclus dans le concept .
      deux voiles avant et arrière cela complique inutilement els choses a mon avis .
      le simple gréément avant de type neozélandais est le meilleur compromis cout performances .
      il ne me semble pnéanmoins pas raisonnable de penser qu’un kayak voilé sera un engin de près car des que le vent monte on ne peut avoir de comportement physique pour contrer la gite donc la puissance est très réduite .

      pour éviter le coule d’enfournement il n’y a que la voile spoon ou bic kayak qui contribue a un effet sustentateur de l’avant du kayak car le point d’application des forces s’exerce en arriere au niveau de spoints d’ancrage des écoutes …

      …..

      • Fred D dit :

        je connais la voile kayak sailor, j’en ai eu une que j’avais monté sur un seayak Prijon.
        Elle est en effet très pratique et agréable.
        Le seul reproche que je ferai est le côté peu esthétique et encombrant de l’ensemble plié sur le pont du kayak.

        Il me reste donc à tester la voile tapecul,et à m’y adapter ou à changer…

        Merci pour la réponse
        Cordialement

  35. philippe morel dit :

    Bonjour,

    J’ai fini par acquérir une voile Bic profitant d’une promo. Bon outre le fait que le transfert Bic ce soit re-déposer sur la partie transparente, que les petits anneaux de sangles aient été cousus torsadés, c’est un gros sac de nœuds dans les drisses. J’ai donc à ce sujet trois questions: Est ce que la drisse horizontale doit être installée sur la face arrière, coté au vent.? Elle est actuellement sur l’autre face et cela me semble illogique.
    Ensuite existe-t-il une méthode pour régler au mieux les drisses? pour les sangles j’ai vu quelques instructions sur le site Bic
    pour finir dans la mesure ou il n’est possible de conserver cette voile qu’à moitié pliée sur le pont de mon kayak de mer existe-t-il un moyen de maintenir cette voile à moitié pliée sans le remettre partiellement dans son sac de rangement?
    J’ai visionné une vidéo d’utilisateur qui la plie et re-déplie ainsi mais l’on ne voit pas comment la voile est maintenue sur le pont
    Cordialement
    Philippe Morel

    • pinkandy dit :

      pour savoir si les anneaux sont torsadés il faudrait une photo pourcomprendre çà ..
      la suspente traversiaire doit se trouver de votre coté en navigation elle impose le creux de la voile en cintrant légèrement la latte périmétrique si elle st de l’autre coté c’est simplement que votre voile a été fixée a l’envers sur le kayak . placer le clip gauche a droite etc ..
      le maintient plié sur le pont se fait a l’aide d’une simple ferlette élastique .. on peut aussi selon le type d e kayak placer le sac sur la partie proche de la voile mais ce n’est pas indispensable .
      j’ai sur ce blog plusieurs vidéos sur lesquelles on voit le pliage en mer et la fixation sur le pont c’est dans ce post d’ailleurs 😉

      bons bords sous voile ..

  36. jlg dit :

    Bonjour,
    heureux propriétaire d’un bic nomad-3p, naviguant en Bretagne, je viens cassée de trouver la latte, diamètre 4 mm, de ma voile bic (aucune idée sur la cause) 😦
    j’ai réussi à la sortir du fourreau de voile et souhaite la réparer si possible :
    1/ en quel matériau est-elle ? on dirait de la fibre de verre.
    2/ avec quoi la coller : colle epoxy ? des conseils pour ce faire ?
    3/ si ce n’est pas possible de réparer en gardant l’efficacité initiale où peut-on acheter une latte de cette longueur ?
    merci d’avance.
    cordialement.
    jlg

  37. jean patrice veilhan dit :

    Bonjour Andy,
    Déjà, merci d’avoir inventé la voile Spoon! Elle m’a apporté beaucoup de plaisir sur mes KG. Sur le Gumotex Seawave, à deux, c’est un vrai bonheur tranquille. Et sur un Gumotex Safari, tout seul à gérer la voile et le gouvernail via la pagaie, et la gîte, et les vagues de travers, c’est très sport et très amusant (j’avais un coupe-fil sur mon gilet « au cas où » il faudrait sauver ma vie lors d’un dessalage intempestif !)
    Lors d’une randonnée en KG à l’île Rodrigues, nous avions 5 KG mais seulement 2 Spoons. Qu’à cela ne tienne! Nous avons fait deux « trains ». Le plus long train se composait d’une Spoon, qui « motorisait » un Seawave, qui tractait un Solar, qui tractait lui-même un Safari! En tout, 5 personnes à bord, du matos de randonnée pour 14 jours… Les deux « trains » avançaient de concert, à une vitesse appréciable, au soleil couchant, poussés par un bon petit alizé résiduel de 15 noeuds peut-être… Moment d’éternité. Et comme des algues flottaient ici et là et qu’on avait les mains libres (personne ne pagayait! à quoi bon?), la bataille d’algues a commencé entre les deux trains. Epique bataille navale, et une heure de pur bonheur. (La fin de l’histoire est plus triste: l’île convoitée s’est avérée inaccessible à cause de la marée basse et d’une barrière de corail; il a fallu revenir au point de départ: 1h30 de remontée au vent, dans un gros clapot, de nuit, fatigués, dans une humeur morose. Mais c’est aussi le charme des randonnées…)
    Deux jours plus tard, une journée entière à la voile, poussés par des alizés qui s’enroulaient autour de l’île…
    Et puis, un beau matin, plus de voile! Rien! Volées dans la nuit! « Agaçant mais pas grave, me suis-je dit. La rando sera désormais face au vent, de toutes façons. Et une fois rentré à la Réunion, il suffira que j’en recommande deux nouvelles ».
    Mais une fois rentré de randonnée et assis devant le web, je découvre l’impensable: Bic semble avoir jugé bon de ne plus la produire, plus aucun magasin ne l’a en stock, personne ne vend la sienne d’occasion! Arghhh…
    Je suis bon pour m’en coudre deux nouvelles… (J’aurais préféré mettre 2×69€ que de collecter tous les tissus, sangles, raccords… mais bon). Et là me revient en mémoire un article de votre blog que j’avais lu il y a longtemps (celui où je laisse aujourd’hui ce commentaire), à savoir que vous avez créé l’Ultima qui, elle, n’a jamais été commercialisée. Et je me dis que quitte à me lancer dans la couture… pourquoi pas coudre une Ultima plutôt qu’une Spoon? Au moins, dans mon malheur, j’y gagnerais en performance!
    Voilà où j’en suis de ma réflexion. Vous devinez ma demande? 😉

    • pinkandy dit :

      salut Jean Patrice ;
      heureux que tu te fasses plaisir a la voile ..

      pour les voiles je pense que ce n’est qu’une rupture de stock , je regarde çà ..

      pour le reste en MP

  38. Bonjour et merci pour toutes les richesses de ce blog. Moi qui (malgré mes 50ans) adore apprendre, je suis servi.
    Ne sachant comment débuter la voile/kayak, j’ai commencé par la Tribord que j’ai rendu aujourd’hui après près d’un an d’utilisation (problème fiabilité récurent). Même si j’arrivais à la replier en mer, j’ai été confronté à de nombreux soucis de rangement; et forcément quand il ne le faut pas (fort vent, près du bord et des rochers….).
    Je passe à autre chose et je me dirige droit sur la Bic Spoon; mais les « plans » d’une voile artisanale m’intrigue et titille ma curiosité. Un grand merci pour les précisions de réglage que j’ai noté. Une question idiote, existe-t-elle dans une autre couleur que jaune car j’utilise un kayak K-Pech’ rouge.

    • pinkandy dit :

      il n’y a qu’une couleur dispo chez bic sport cette année ..jaune et rouge c’est bien visible d e loin 😉
      bonnes navigations .

  39. Fiumara dit :

    Alors va pour le jaune. Merci beaucoup

Commentaires fermés

Blog Stats
  • 498,556 hits
%d blogueurs aiment cette page :