stabilité par Nick Schade

traduction interprétée de l’article de Nick Shade , de Guillemot Kayak 

ICI ——-

Quoi de plus facile que de choisir un bateau stable  ? Il suffit de prendre le bateau le plus large et il sera stable … ok ? 

Pourtant, il existe des kayaks à partir de 50cm à 80cm de large, que les fabricants disent  stables…

Faut il être né dans un kayak pour arriver a le garder à l’endroit ? 

Qu’est ce que la  «stabilité secondaire » ?

De toute façon, Je sais par expérience personnelle que cette question peut  provoquer un débat qui peut durer des jours. 

La stabilité est presque toujours la première préoccupation du  débutant kayakiste. La stabilité est la première chose qu’un pagayeur expérimenté analysera  sur un kayak, et une mauvaise courbe de   stabilité fera immédiatement disqualifier le bateau . 

Tout les gens veulent savoir si un kayak est dans leur courbe de stabilité acceptable ;un magazine américain ,Sea Kayaker Magazine , publie  les courbes de stabilité des  kayak testés avec les commentaires depuis un certain temps.

Les novices regardent  ces courbes et sont déconcertés, la courbe doit permettre d’informer si le bateau est destiné a un débutant ou a un expert  .. pour cela il faut comprendre :

 

qu’est ce que  la stabilité 

La définition de la stabilité semble assez claire à la plupart des gens. Un bateau qui les tient hors de l’eau est stable, tandis que celui qui se retourne ne l’est pas !

 Pourtant et bien que cela semble assez clair, deux personnes qui essaient le même bateau auront souvent  des opinions différentes sur sa stabilité. 

( voir l’animation sur le site cité en référence )

Il est utile de commencer par s’entendre sur ce que signifie être «stable». La bonne définition du dictionnaire, qui s’applique aux bateaux est probablement: « conçus de manière à ce que les forces en présence restaurent une position initiale des lors qu’elle est perturbée dans des proportions a définir” , cela  à partir d’un état d’équilibre initial  Dans un kayak, nous voulons revenir à la verticale après avoir incliné légerement le bateau . ( voir cette animation sur le lien … )

bodystability

Ainsi, un bateau « stable » développe des forces qui permettent de  rétablir la position à la verticale après l’avoir incliné. 

Quelles forces sont en cause 

Il ya deux grandes forces à l’œuvre sur un kayak au repos dans l’eau. Le poids du pagayeur, de son équipement et du bateau cumulés  . Cette force s’applique vers le bas . 

Ce poids est supporté par une force égale et opposée ( poussée d’archimede) vers le haut . C’est l’interaction de ces deux forces qui est impliquée dans la stabilité.

La distribution des forces permet de déterminer si un kayak est stable ou non. 

La force de flottabilité de l’eau ( poussée) est distribuée sur  toute la partie immergée du bateau. La pression de l’eau poussant sur la surface extérieure du bateau est opposée à l’appui de tous les poids dans le kayak. Au lieu de d’essayer de garder la trace d’un groupe de forces distribuées , les ingénieurs localisent le centre de forces  .Si vous ajoutez toutes les forces distribuées et appliquez le résultat à travers un “centre de force”, une force appliquée a ce point   provoquera la même réaction que toute les forces décomposées  agissant simultannément.

Cette technique permet à un “kayak designer”  de définir l’ensemble de ces forces en un « centre de gravité (CG) ou de » centre de masse « (CM) et toutes les forces de flottabilité dans un « centre de flottabilité » (CB). Étant donné que la force de flottabilité est égale et opposée à la force de gravité, le concepteur n’a même pas besoin de  beaucoup d’attention à  la valeur réelle de la force elle même .

Au lieu de cela, ils peut simplement se rappeler que sur le plat la force de gravité est orientée vers le bas et la  force de flottabilité est orientée vers le haut , et regardez la marge relative horizontale endroits de la CG et CB. 

Avec un bateau en équilibre, les centres de  force seront  alignés l’un directement au-dessus de l’autre. Dans un kayak le centre de flottabilité sera directement au-dessous du centre de gravité. De cette manière, les forces sont équilibrées. 

Si une nouvelle condition vient à perturber le l’équilibre, comme le vent, une vague ou le pagayeur qui s’incline ,les centres se décaleront comme sur le shéma en mouvement .

 Comme vous le voyez, votre CG se déplace vers le coté et tend à vous renverser. Sauf si la CB se déplace en réponse, d’une même valeur ,votre poids sera appliqué au-delà du centre de  flottabilité  et vous chavirerez.

 Dans un kayak stable par conception, l’action de basculement du bateau réorganise les les forces de flottabilité pour déplacer la CB dans le sens de l’ inclinaison au-delà de la CG, ce qui redresse  le kayak . Dans un bateau stable, le centre de flottabilité se déplace d’un côté à l’autre “plus rapidement” que le centre de gravité.

Pour qu’un kayak soit  stable, il doit : soit appliquer une force à même de faire revenir l’ensemble à la verticale , ou au minimum trouver un nouvel état d’équilibre incliné . 

 Le kayak designer peut intervenir sur la forme des couples du bateau ( coupe transversale ) sur la position du Cg sur le plan longitudinal ( en avançant ou reculant la position du kayakiste) , et sur la hauteur du siege (qui abaisse ou réhausse le Cg du kayakiste)

Le meilleur équilibre consisterait à positionner le CG AU DESSOUS du CB , mais à moins d’un systeme de respiration ce choix n’est pas possible !… ( cela s’appelle une stabilité pendulaire ) 

 Lorsque vous déplacez votre corps d’un côté, le CG va se déplacer latéralement , et sortir de l’axe du CB .

 le CB a maintenant besoin de se déplacer sous le CG pour retrouver la stabilité pendant que la coque s’incline ,l’action d’immerger une partie de la coque sur le coté fait se déplacer le CB  vers l’extérieur 

Si le bateau est conçu  pour être stable, la CB se déplace de  côté plus vite que le CG.

eggstability

sur cet exemple , a gauche  ,  compte tenu de sa forme, le point d’appui (S) se déplacent au-delà des centre de masse (W). Cela l’ amène à revenir vers une position verticale. c’est un profil stable

À l’inverse, sur l’exemple de droite , la position est très instable et amplifie le mouvement de bascule a partir du moment ou le CG se d éplace plus vite que le CB .

vectorstability

 

Comment les centres de  flottabilité se déplacent ils ?  . Dans la photo ci-dessus, la ligne bleue est la ligne de  flottaison originelle. Lorsque l’on incline l’ensemble , le quartier vert est une déportance (b) , car il sort de l’eau , et le quartier violet (c) une sur-portance dont l’origine est l’enfoncement du coté appuyé de la coque .

 Le premier centre de flottabilité (Ba + b) est déplacé vers le point (Ba) par la soustraction de volume (b), auquel s’ajoute  le volume (c). C’est ce déplacement du volume de flottabilité   qui crée la stabilité. 

Notez que le changement se produit essentiellement en raison de la présence des   volumes, proches de la ligne de flottaison. C’est pourquoi la stabilité initiale dépend de la forme de la ligne de flottaison et la largeur et non sur la forme au-dessous de la flottaison. 

Ce n’est que le plan  proche  de la ligne de flottaison qui est d’abord affecté par l’inclinaison  .  La forme du bordé proche de la ligne de flottaison aura une grande importance dans les effets de stabilité initiaux .

Immaginez maintenant  la vue en coupe de la ligne d e flottaison sur la longueur totale du bateau .La partie supérieure du volume « mouillé ». nous appellerons cela un « plan d’eau ».

Lorsque l’on incline le kayak ,  un côté est poussé vers le bas et s’immerge quand l’autre coté se souleve et sort de l’eau .  C’est ce déplacement de la flottabilité qui déplace la CB. Cela se passe tout au long du “plan d’eau”. Le passage de la flottabilité de la gauche soulevée vers la droite enfoncée dans l’eau représente l’effort qui va s’opposer à ce mouvement de CB, et c’est cette tendance du kayak qui est ressentie comme la stabilité initiale du bateau. Le plan d’eau se déplace latéralement vers le coté ou vous penchez .. 

La stabilité initiale est la tendance du bateau à résister à un peu de déport de la verticale. Un plus grand “plan d’eau” augmente le volume de déplacement immergé sur le coté  augmentant ainsi la stabilité initiale. Donner au plan d’eau une plus grande largeur moyenne aura le même effet.

Notez que le plan d’eau détermine la forme et le volume immergés et  la façon dont la CB se déplace. Pour les petits angles de basculement, la coupe, la forme du bateau immédiatement au-dessus ou au-dessous du plan d’eau ( sous la ligne de flottaison ) n’ont pas beaucoup d’effet. 

Cela signifie que la coupe, la forme du bateau n’a pas d’effet sur la stabilité initiale. Deux kayaks avec différentes formes de section , mais même plan d’eau auront  des stabilité initiales comparables. 

Cela est souvent  contraire à ce que vous avez entendu dire, mais la forme  avec un   fond arrondi, en « V » ou en forme , n’auront pas ou peu d’effet sur  la stabilité initiale

La forme du kayak a pour seul effet sur la stabilité  qu’ elle entre ou sort de l’eau. Les faibles différences dans la forme de coupe de la coque ne modifient que peu le plan d’eau  et n’affectent pas la stabilité initiale .

résumé : pour un Plan D’eau identique la stabilité initiale n’est pas modifiée par la forme de la coque sous la ligne de flottaison .

 Si vous essayez de deux bateaux avec des plan d’eau identiques en  formes en  largeurs et que vous  détectez une différence significative dans la stabilité initiale, elle est  probablement dûe à des différences de hauteur du siège ou de tout autre facteur qui modifie la hauteur du  CG. L’effet des variations de  hauteur du CG sera discuté plus tard.

C’est seulement lorsque l’angle de basculement commence à augmenter que la forme de la coupe ( transversale) commence à entrer en jeu. Plus l’angle augmente, et plus la forme des parties du kayak, initialement hors de l’eau ,et progressivement immergées vont  influencer la stabilité .

Le centre de flottabilité est déplacé par l’ajout de volume sur un côté (parties s’immergeant) et en soustrayant le volume de l’autre côté (parties emmergeantes). La CB va se déplacer  rapidement ainqi que le plan d’eau a partir duquel  est calculé ce centre . 

 L’effet de volume est un « moment » de la force . qui est égal à : taille du volume V que multiplie la distance depuis l’axe  . Pour lever un poids important il suffit de prendre un levier …. et un point d’appui: ici l’eau . 

Si, sur un bateau  court il faudra un  petit volume X grand bras d e levier  , sur un bateau long on obtiendra le même effet avec un volume supérieur et une largeur moindre car le volume sera réparti sur une plus grande longueur ( grand volume X petit bras de levier ).  

 Cette force de redressement ou  moment de redressement est reportée sur une courbe de stabilité.

Comparativement à d’autres critères de performance, les caractéristiques de stabilité d’un bateau  sont assez faciles à quantifier. Le plus souvent, la représentation de la stabilité est la «courbe de stabilité ». 

Ce graphique représente une ligne proportionnelle à la distance horizontale entre le centre de gravité et le centre de flottabilité pour différents angles d’inclinaison .

Cette courbe décrit le «moment de redressement », ou encore le couple du kayak  présent  pour forcer le bateau à revenir en position verticale.

 Il peut également être considéré comme un «moment d’inclinaison » ou combien de force est-il  nécessaire pour amener  un bateau à un angle d’inclinaison donné. Ces graphiques supposent que le pagayeur reste immobile à travers l’ensemble de la gamme d’angles , et qu’il est d’un poids constant . 

Qui fixe le lieu du CG par rapport au bateau? Le designer  est capable de  calculer l’emplacement de la CB. Cela exige une intégration des calculs assez complexes pour déterminer le centre de flottabilité d’une série de sections de l’embarcation et l’intégration de ces calculs pour déterminer la CB pour l’ensemble du bateau. Tout cela est difficile à faire manuellement, les ordinateurs sont très sollicités pour ces calculs. 

La position du pagayeur immobile peut sembler  absurde à bord d’un bateau comme un kayak, qui dépend des mouvement du pagayeur pour perdre  une grande partie de sa stabilité, mais  il ya de bonnes raisons pour cette hypothèse. Elle élimine les écarts dus à la compétence du pagayeur qui influencerait  la courbe de stabilité. 

Lecture de la courbe de stabilité 

Il ya plusieurs aspects de la courbe de stabilité qui mériteraient d’être étudiées: la hauteur à un angle de gîte, la pente de la courbe à chaque angle et l’aire sous la courbe de zéro degrés à un angle donné. La hauteur de la courbe indique combien de force le bateau est en train de créer pour revenir en position verticale. La pente de la courbe indique la résistance à l’inclinaison. L’aire sous la courbe correspond à la quantité d’énergie qui est absorbée par le bateau quand il est basculé

samplestabilitycurve

La courbe de stabilité (en rouge) peut être répartie en plusieurs points identifiables. Évidemment, le premier point important  est la hauteur de la courbe. Compte tenu d’une inclinaison avec le même angle, celui qui aura le point le plus élevé à l’angle de la courbe , sera plus stable. La prochaine chose à regarder sera la pente de la courbe à 0 degrés. La courbe qui monte plus vite aura une plus grande stabilité initiale . Le pic de la courbe où la stabilité commence à diminuer est également important. Celui dont  ce point sera plus élevée ou à un plus grand angle d’inclinaison  aura  plus de stabilité secondaire. En regardant l’aire sous la courbe  le pic de la courbe (la zone bleu foncé), vous pouvez obtenir une valeur pour la stabilité secondaire . Les zones bleues combinées  sont  une indication de la quantité d’énergie que le bateau peut absorber avant de chavirer . Le point final de la stabilité là où la ligne traverse le zéro est l’angle au-delà duquel il  chavire .

La hauteur de la courbe est probablement le plus facile à comprendre et  ce que la plupart des gens regardent  en premier. Une courbe plus élevée signifie que le moment de redressement est plus grand. Cela signifie qu’il sera plus difficile de faire pencher le bateau avec la valeur la plus élevée à un angle donné et, si les deux bateaux sont inclinés au  même angle, celui avec la valeur la plus élevée sur la courbe de stabilité à ce moment-là va revenir venir plus rapidement en position verticale . 

Tant que la la valeur de stabilité est supérieure à zéro, le bateau aura tendance à revenir en position verticale, sauf si  d’autres forces sont appliquées. Ainsi, les bateaux ayant les  plus grande courbes stabilité se sentent généralement plus stable. Et les bateaux avec des moments de stabilité supérieur à angles d’inclinaison supérieur offrent  au pagayeur un peu plus de marge de manœuvre avant de se  renverser. C’est facile à comprendre, mais, malheureusement,ce  n’est pas la fin de l’histoire. 

Regardez à l’arrière de la courbe de stabilité et réfléchissons à ce que cela signifie. Si   une vague arrive sur le coté et vous frappe avec un peu plus de force, vous allez  être poussé à un endroit de la courbe ou l’effort supportable est faible , entrainant le retournement . Vous avez besoin de plus de force d’appui, et au lieu de cela vous en obtenez moins.  Parce que la courbe est en pente vers le bas toute augmentation de basculement recevra un moment de redressement de plus en plus faible . Bien que le bateau possède  toujours une force de redressement, au-delà du haut de la courbe de stabilité, cette force est de moins en moins présente . 

constwl

 ci-dessus sont représentés des bateaux avec leurs courbes de stabilité. Bien que les bateaux aient  des largeurs différentes, la largeur de la ligne de flottaison et de la forme du plan d’eau  est la même dans tous les bateaux. Remarquez comment la pente de la courbe, près de zéro est pratiquement identique quel que soit les différentes formes ci-dessus et en dessous de la ligne d’eau. La raison en est que la stabilité initiale n’est pas dépendante de la forme générale du bateau, mais de  la largeur de la ligne de flottaison et de la forme du plan d’eau . 

Même si vous vous attendiez a ce que le bateau a forme ronde  (rouge) soit le moins stable, on observe qu’ il a le plus de stabilité de l’ensemble car il possède beaucoup de réserve de volume  au-dessus de la flottaison. Et même si la coque a bouchain (en bleu) a une  largeur similaire, le volume de distribution de la forme arrondie lui donne plus de stabilité. Toute forme qui s’élargit au-dessus de l’eau aura tendance à avoir plus de stabilité secondaire. 

Ci-dessous, la largeur totale a été augmenté suffisamment pour donner à tous les bateaux quelques stabilité. Le déplacement est toujours le même tout ce qui a changé, c’est la largeur. Remarquez que  l’emplacement de chaque courbe ne  change pas . Le moins stable est encore le moins stable et , le plus stable le demeure ….( visible a droite de la courbe ) la hiérarchie ne change pas . 

sameoa

 

Utilisant la même forme de coque de base ci-dessous sont les courbes de l’ensemble lorsque les largeurs sont les mêmes. Maintenant, le fond rond est beaucoup moins stable, car la largeur de la ligne de flottaison est beaucoup moins grande . Cela explique pourquoi la connaissance de la largeur hors tout d’un kayak n’est pas informative. Vous en apprendrez plus en demandant à connaître la largeur moyenne de  l’ensemble  et la largeur moyenne à la flottaison.

   

constwidthplus

 

La pente ascendante de la courbe de stabilité augmente la  sécurité parce que toute augmentation de la force de basculement se traduira par une augmentation de la force de rappel . Si vous voulez vous penchez   vous pouvez être sûr que le bateau va vous soutenir. Un petit manque d’attention ne va  généralement pas provoquer un bain. 

Une ascension rapide de la pente crée un sentiment de raideur, parce qu’il faut plus de force pour effectuer une petite modification. C’est comme monter une montagne ou la pente est forte, et  la distance à parcourir est faible mais l’effort important . 

 L’importance de la pente de la courbe est évident dès le début. La pente de la courbe à petits angles de gîte correspond à la stabilité initiale. 

Tel que discuté précédemment, la stabilité initiale est la résistance du bateau à giter un peu. La pente de la ligne au début de la courbe de stabilité indique cette résistance. En fait, la pente de la droite en tout point le long de la courbe de stabilité indique combien de force supplémentaire sera nécessaire pour incliner  encore le  kayak.

Une subtile différence dans l’impression peut être observée en examinant la façon dont  la ligne de pente  évolue. Si la pente augmente de plus en plus , cela signifie que le bateau a besoin d’une plus grande force pour obtenir une même augmentation de l’angle de basculement. Sur ce bateau vous sentirez comme il résiste  lorsque  vous essayez de vous pencher plus. À l’inverse si la courbe a une pente progressivement décroissante, pour un effort d’inclinaison moindre il s’inclinera fortement … ( et n,’oublions pas que la simulation est faite kayakiste stable dans le bateau )  .Il faudra diminuer progressivement  la force pour obtenir la même modification de l’angle d’inclinaison . Cela donnera  la sensation que le bateau est  moins résistant a l’inclinaison . Tous les bateaux auront une partie de la courbe de stabilité, au dela du point haut de la courbe dans qui ressemble à ceci. Le point de résistance maxi  ( point haut de la courbe) , pourra être une quasi droite plus ou moins longue sur laquelle la sensation d’un point dur avant le retournement du bateau  sera très marqué mais cela n’est présent que sur peu de modeles . 

La stabilité secondaire est généralement liée à la hauteur maximale de la courbe de stabilité. De toute évidence, un moment de redressement maximum plus élevé rendra le bateau plus stable , et  vous aurez besoin d’appliquer plus de force pour atteindre cet angle. Mais l’angle formé par  la courbe au point ou elle atteint  le maximum est également important parce que cela indique dans quelle mesure vous pouvez faire gîter le bateau avant de commencer à perdre de la stabilité. pour les bateaux tres directeurs , c’est cette faculté qui autorise une maniabilité satisfaisante . Une façon de combiner la hauteur et l’angle de la durée maximale de moment de redressement est de regarder la taille de la zone située entre la courbe et la ligne horizontale zéro. Ceci indique que le travail ou l’énergie nécessaire au basculement du bateau à ce point. Une plus grande aire sous la courbe indique qu’il faudra plus d’efforts pour incliner le bateau. 

La plupart des gens ne se sentent pas en sécurité lorsqu’ils sont a une inclinaison  proche de  l’angle où la courbe atteint un maximum. 

La pente de la courbe aura toujours un niveau avant de descendre la pente et une ligne horizontale sur la courbe signifie que la faible augmentation de la force de basculement permet de créer un grand changement dans la façon dont le bateau donne des informations . Et si vous êtes plus proches de l’endroit où la courbe commence a s’incliner vers le bas, vous êtes proches de provoquer un chavirement. 

Chaque personne a une perception différente de la stabilité secondaire d’un kayak? cette perception du moment ou la courbe vient  à plat sera conditionnée   par son aisance , ou au contraire son appréhension 

Une forte stabilité secondaire doublée d’un point « dur  » apportera  beaucoup plus de confort pour le pagayeur . 

Le chavirage n’est pas inévitable, après le point extrême sur la courbe de stabilité. Le kayak peut être incliné jusqu’au point  où la ligne traverse zéro sans que  le kayak contribue activement au chavirement. C’est le point où le moment de redressement devient négatif et c’est là que le bateau n’est plus en mesure de fournir aucune force pour vous pousser vers une position verticale. Une valeur négative signifie que le moment de redressement et de la flottabilité des bateaux s’ajoutent a   votre poids pour retourner l’ensemble.

Là encore, il est utile de regarder l’aire sous la courbe. La mesure de la zone en dessous de la courbe de stabilité de la verticale décrit la stabilité globale du kayak restante.  La surface  représente  la mesure de  d’énergie que le kayak peut absorber sans chavirement, une vague qui gifles sur le côté du bateau, un poisson qui tire sur une canne à pêche. 

La plupart des pagayeurs ne fera probablement pas l’expérience de la stabilité générale dans l’utilisation régulière. Habituellement, au moment où le bateau est poussé sur le sommet de la courbe de stabilité, le pagayeur est fortement impressionné ,  prend une grande respiration.

affirmer que l’on peut se baser sur  la courbe de stabilité n’est pas à dire à un pagayeur débutant pour choisir un bateau . 

Il faudra  d’abord comprendre comment la courbe se rapporte à votre style de pagayage et a vos  compétences. 

Il n’existe pas deux personnes de même  forme et de poids. La courbe de stabilité fixe suppose un centre de gravité théorique du pagayeur. Par exemple, les commentaires de Sea Kayaker affirment que  le CG est de 10 pouces( 24,5cm) au-dessus de la partie inférieure du siège. De toute évidence, beaucoup de gens ne vont pas correspondre à cette hypothèse. Un  homme large d’épaules aura un  CG tout autre qu’une  petite femme. Leur poids sera différent ainsi que leur hauteur relative . 

Toutefois, cela ne signifie pas que la courbe de stabilité est sans pertinence. Changer le poids et la hauteur de la CG aura des effets prévisibles sur la stabilité. Un autre poids du pagayeur va changer profondément la façon dont le bateau se trouve immergé. Ceci va changer la largeur de la ligne de flottaison, la forme de la section immergée et  la forme du plan d’eau . Toutefois, cela ne va  pas vraiment de changer la forme du bateau et la forme de la courbe restera proche  quel que soit son poids. Les gens légers vont probablement trouver tous les bateaux un peu plus stable que les autres.  la ligne d’eau sera plus basse , et plus étroite , mais ils pèsent moins et le moment de redressement ne changera pas autant qu’il le devrait. En conséquence, les stabilité initiale et secondaire restent souvent étonnamment similaires, indépendamment du poids. Pour les personnes plus lourdes ( grandes ) une fois qu’ils obtiennent le plus haut point de la courbe de stabilité,  leur poids commence à tirer vers le bas plus rapidement.

Élever ou abaisser le CG a ,un effet prévisible sur  la stabilité. La variation de la stabilité peut être calculée en fonction de la modification du CG , mais le changement de la stabilité dépendra plutot  de l’attitude du kayakiste que de la conception , les calculs trouvent ici leurs limites . Un pagayeur Lourd et grand , (CG haut)  va toujours trouver les bateaux plus instables que ses amis  pagayeurs légers ( CG bas )     

*stabdifheight

 

Ces courbes montrent les effets des changements radicaux dans la hauteur du centre de gravité. Si la ligne médiane (100%) met le centre de gravité de 10 pouces (25,4cm) au-dessus de la ligne de flottaison, chaque ligne représente une élévation ou un abaissement du CG un pouce. 70% serait de 7 pouces (17,8cm)et 120% serait de 12 pouces(30,48) . A 1 / 2 pouce( 1,27cm) , sera très notable pour la plupart des gens.( s’asseoir sur un coussin par exemple )

Les autres éléments qui joueront sur VOTRE Stabilité résident dans la façon dont vous serez calés dans votre bateau pour faire corps avec lui , votre capacité a laisser le bateau vivre au niveau de votre bassin en conservant le buste vertical dans les mouvements de roulis du bateau ( on appelle cela débloquer le bassin ).

Conclusion 

La stabilité est une chose subjective, même si l’on peut maintenant parler de stabilité primaire et secondaire en se comprenant .  Le même bateau qui sera  un piège pour un novice pourra être jugé  lourd et ennuyeux pour un pagayeur expert  extrême. Linverse est vrai aussi !

 Un vendeur désireux de vous vendre un bateau aura tendance à souligner les caractéristiques qu’il juge le plus aptes à vous convaincre ….

 La courbe de stabilité élimine cette subjectivité. Il s’agit de la réaction non filtrée du bateau lui-même, faisant abstraction de vos mouvements et attitudes . 

Si vous êtes prêt à prendre un peu de temps pour apprendre à l’interpréter, la courbe de stabilité peut être un bon outil d’évaluation. Mais rien ne peut remplacer, en dernière analyse, pour passer un excellent moment dans un kayak, un essai du bateau ,  en évaluant ses stabilités et sensations en inclinant le bateau progressivement , sans, puis avec appuis des pagaies pour connaitre vos limites avec ce bateau . Bien sur les angles d’inclinaisons avec un appui pagaie sont illimités , il est possible d’eskimauter non !


 

 

Publicités
À propos

une passion pour le kayak et les engins a propulsion naturelle : propulsion humaine , vent ..

Publié dans découverte du kayak, essais de kayaks, sécurité et réglementation, Uncategorized
2 comments on “stabilité par Nick Schade
  1. Louis dit :

    Merci pour ce travail de traduction et le temps passé, Andy. Il paraît que les longues soirées d’hiver sont favorables pour la lecture… j’ai donc commencé… Passionnant.

  2. TeacherForex dit :

    I have the same opinion as yours on this. What you said is true.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Blog Stats
  • 472,358 hits
%d blogueurs aiment cette page :