kayak biplace démontable VS KGonflable ?

Le concept démontable
Une peau généralement en pvc , parfois en hypalon .
Le pont est en coton ou en toile PVC ou autre synthétique .
_L’ossature :
En bois
_avantages :
Aisé a réparer pour qui travaille le bois
Solide et insensible a l’élément salin
_inconvénients :
-Poids élevé
-A vernir régulierement
En alu
avantages
-Poids réduit
-Facilité / rapidité de montage
inconvénients
-Attention a l’oxydation
En carbone composite ( kleepper 540 sur option )
Avantages
Poids incontestablement le plus léger .
Esthétique
inconvénients :
-Fragilité au chocs => nécessite d‘etre soigneux
-Cout prohibitif
avantage général
Compacité relative une fois plié
Solidité dans le temps si précautions à l’utilisation.
Peut généralement être juppé c’est a dire étanche aux embruns et aux vagues .
– pieces interchangeables

inconvénient en général
-Temps de montage et respect de la méthode petites pieces a ajuster au montage , encore une fois être soigneux et méthodique .
-Flottabilité insuffisante pour assurer un vidage du bateau en mer une fois submergé . Lu sur le site du constructeur :” pour tous les modeles nautiraid immatriculables , les réserves d e flottabilité sont obligatoires ainsi que le pontage et les jupes en place “.
Il nécessite donc des volumes de flottabilité ajoutés qui enlevent de la place de stockage. si l’on veut rester en regle et en sécurité , le volume sera comparable a celui d’un KG de même taille .
-Cout supérieur

K Bi gonflable
Avantage en général
Rapide a mettre en oeuvre
Soft au contact ( non contondant)
Léger
Prix abordable ( en regard d’un démontable)
Inconvénients
-Gonflable donc pourrait être crevé .
-Peut être moins résistant dans le temps , la preuve inverse n’étant pas faite a ce jour .
-Aisément modulable solo bi tri ponté ou non ..

Il existe une pléthore de modèles et de marques .
Mais si l’on recherche une comparaison KG /démontables raisonnable en terme de longueur , c’est a dire 5m ou plus immatriculables , il reste deux bateaux :
1)Le Pacific de Sevylor (et son cousin le SVX non immatriculable)
coque :
Deux boudins en PVC , reliés par un fond plat tendu par un plancher HP
2)le Nomad de Bic sport . plancher HP , quille HP et boudins uréthane est largement décrit dans ce blog .

Ces deux bateaux sont conçus de façon assez différente
-Le Pacific est un autovideur ,deux places ouvert et non pontable
-Le Nomad est lui pontable , jupable , trois places en déponté et deux en ponté juppé ce qui lui autorise 2 miles a 1,2 ,3 personnes et 6 miles a deux ponté et juppé .

Les programmes de navigations de ces bateaux me semblent assez différents .
Dans une mer formée le Pacific nécessitera d’être équipé de vetements protecteurs , le Nomad ponté et équipé de ses jupes vous en dispensera , deux concepts assez diamétralement opposés.

Quelques lieux communs :
Le gonflable a une grosse prise au vent .
Pourquoi ? pas parce qu’il est gonflable j’espere ;
La “prise au vent n’est représentée quelque soit le bateau par le maitre couple opposé au vent , de face ou de profil comme on veut mais à surface exposée égale les trainées seront identiques certains bateaux sont effectivement plus hauts sur l’eau , doubles boudins ou boudins de gros diametre etc..ils ont dans ce cas une trainée supérieure .
le gonflable a une moins bonne glisse ?
Pourquoi comparativement a un démontable ?
Le démontable est la plupart du temps dans le même matériaux pour la coque , il ne peut donc s’agir des matériaux .
La tension de la peau ? elle est parfois supérieure sur quelques KG a certain modeles démontables bien peu tendus..
le Kg serait moins rapide ?
Le démontable a une grosse largeur à la flottaison du fait des stabilairs ,( 90cm pour le N500 ) le Nomad est beaucoup plus étroit à la flottaison ( 70cm) , donc un rapport longueur largeur plus favorable au KG et non l’inverse .
Le KG de même taille possede moins d’espace de stokage ?
oui si l’on fait abstraction du volume de sécurité nécessaire a ajouter aux démontable squi sont des sous marins si cette option n’est pas mise en place , certes le bateau flotte sans cela mais la ligne de flottaison est si haute qu’il est quasi impossible de vider le bateau sans assistance , les vagues emplissant l’hiloire au fur et a mesure que l’on cherche a le vider .
avec des enfants a bord?
Le KG offre une absence de parties contondantes qui est grandement sécurisante .
la remontée a bord ?
Facile sur le KG elle sera plus délicate sur le démontable , hiloire rigide a franchir , impossible de s’asseoir sur le coté du bateau sans chavirer , etc ..
la charge d’emport ?
Avec 280 kilogs soit 150kg d’équipage moyen en bi et 130 kilogs de matériel il me semble que pour un bateau de 5 metres le KG n’a pas a rougir .
Le démontable nautiraid en 500 en propose 300 kilogs de charge utile
Mais sincerement trainer 330kilogs a la pagaie ( bateau + charge ) me semble un bien lourd fardeau pour du loisirs , en tous cas pour moi .Avec ce poids un abordage un peu sport sur une plage tourne vite a la cata …
si l’on parlait du cout ?
Le démontable basique coute en moyenne deux fois le prix d’un KG de bonne facture , bien sur en allant chercher un bateau non certifié conforme a la directive 240 , et sans prendre en compte les frais d’importation le Wayland est une option d’un prix équivalent avant frais d’import , n’en ayant jamais eu sous la main je ne peux juger de ses performances oud e la qualité du produit.
le comportement marin ?
Le nautiraid et les démontables européens en général possedent des étraves basses sur l’eau , plongeantes tant a l’avant qu’a l’arriere ; ce qui leur donne une tendance a enfourner des lors que la mer devient agitée .
. L’étrave du Nomad est beaucoup plus haute et le volume vient vite stopper les véléités d’enfournement.
Le poids ?
27 kg ( structure alu) a 33 kilogs environ pour les démontables basiques et environ 25 kilog pour le Nomad
l’avis d’un utilisateur
Ces remarques viennent d’un ami , possesseur d’un nautiraid 500 avec lequel nous avons fréquement navigué ; depuis quelques temps propriétaire également d’un Nomad il est a même de comparer les deux bateaux .
En navigation solo pas photo le Nomad est plus joueur , plus rapide et nerveux en bi sa “glisse “ est très agréable .je l’ai équipé dès la mise a l’eau d’un gouvernail ,pour le plaisir des retours sous voile , et comme l’ensemble des démontables biplaces de 5m ou + , le bateau remplit bien le programme de sorties a la journée et bivouacs sur quelques jours . Le temps de mise en oeuvre est bien diminué .
Les deux bateaux sont agréables , et bien sur au niveau budget la il n’y a rien a comparer ..

Chacun son jouet et chacun ses plaisirs , seul , a deux , en famille , en riviere sur lac ou en mer chaque bateau montrera ses qualités et ses défauts le bateau parfait n’existe pas , ou plutot il sera celui que vous choisirez bien entendu .
Le choix d’un KG ou d’un démontable dépendra en tout premier lieu d’un budget a définir , (qui devra inclure aussi pagaies , gilets , armement de sécurité et un petit chariot pour le transport ), d’un programme de navigation qu’il vous faudra définir , d’un poids a manipuler qui vous semble acceptable ,et d’un temps de montage qui vous satisfait. il ne sera en rien comparable entre les deux concepts .

Alors bon choix 🙂

ps – J’entend ici ou là “oui j’ai essayé le bateau truc .. je pense que le machin est mieux “ …..
essayer un bateau pour se faire un avis, c’est pour moi naviguer au moins deux ou trois sorties de plusieurs heures , dans des conditions variables , de vent d’état de la mer , et non juste faire quelques coups de pagaie sur une eau plate , ce qui disons le franchement n’apporte que l’évaluation d’une stabilité au mieux . et comme le dit l’adage  » on n’est jamais mieux servi que par soi même , testez le bateau qui vous tente avant d e l’acquérir comme cela vous ne serez pas déçus 😀

Publicités
À propos

une passion pour le kayak et les engins a propulsion naturelle : propulsion humaine , vent ..

Tagged with: , , , , ,
Publié dans découverte du kayak, humeur, NOMAD, sécurité et réglementation
5 comments on “kayak biplace démontable VS KGonflable ?
  1. Raphaël dit :

    Intéressant Andy !
    Je me demandais, en lisant quelques commentaires péremptoires laissés sur un forum, si la prise au vent d’un gonflable était, DE FAIT, plus importante que sur un démontable 😉 Comme d’habitude, la généralisation semble être une méthode un peu trop simple pour établir une règle… Par contre je me demandais, à charge égale (matériel de bivouac, vivres, eau etc… ), quel bateau aura la surface exposée au vent la plus grande (Nautiraid 500 VS Nomad) ? Et par ailleurs, j’imagine que ce qu’il se passe sous l’eau (plan anti-dérive etc…) est aussi important que ce qu’il se passe au dessus… Peut-on avoir un comparatif de la forme des carènes de ces 2 bateaux?

    Merci pour ce post en tout cas, et au passage je suis tout à fait d’accord avec toi sur la nécessité de passer quelques heures dans un bateau pour en avoir une appréciation un peu éclairée !

    Raph.

  2. pinkandy dit :

    Bien sur que la prise au vent ne dépend pas du fait qu’il soit gonflable ou en acier 😉 mais généraliser est tellement facile .
    La carene jouera sur le comportement du bateau dans sa dérive c’est sur
    pour faire une caricature , un bateau tres large et a fond plat dérivera tres vite c’est le cas des Airis , peu de pieds dans l’eau et position sit on top …. position du corps plus haute sur l’eau
    les formes de carène sont assez opposées entre Nomad et N500
    le Nomad avec sa quille comporte un plan en aile de mouette qui agit comme une longue dérive peu profonde , son tirant d’eau sera plus important , donc sa dérive sous le vent inférieure ( tous autres parametres égaux par ailleurs ) .
    le nautiraid plus large sera a volume égal ( charge totale si 200 kilogs => 200 litres en volume immergé 😀 ) moins enfoncé dans l’eau et dérivera plus vite avec l’influence du vent .
    Mon pote s’est fait des glissades latérales avec des rafales a 30 noeuds a Porto , le bateau glissait littéralement sur un à deux metres .. impressionnant mais sans grosse influence sur la stabilité sauf à se pencher vers le coté sous le vent ce qui ferait alors mordre le stabilair dans l’eau .. déssalage ou pas ? a essayer 😀 mais le mieux reste de se pencher vers la vague pour déraper sans déssaller pour sur !

    bonne parade aux glissades et dérives , la coque a bouchain vifs ..

    Pour le couple du bateau si l’on prend la vue de profil , les surfaces doivent a mon avis être comparables , cependant le pont en V inversé du N500 joue en sa faveur en donnant un meilleur CX .
    en contrepartie ce pont en V inversé rend le bateau moins défendu aux vagues qui montent plus aisément sur le pont la forme opposant moins de résistance .. et le V inversé qui se prolonge vers les étraves le rend sensible a l’enfournement .

    je tacherai un de ces jours de faire des photos des deux carenes ( tu as quelques fotos du couple frontal sur le forum-kayak dans le nomad .)

    • fanny dit :

      Bonjour,

      Nous avons un projet dans le Nord (Ski+kayak en Norvege + accès en train). Par habitude, nous prévoyons d’emmener avec nous des kayaks démontables. A lire cet article, et par curiosité, qu’est-ce qui nous empêcherait d’embarquer un KG?

      – Le volume de chargement?
      – les conditions de navigation (eau froide, fjord…)?

      Je suis curieuse de lire votre réponse…

      Fanny

      • pinkandy dit :

        je n’ai pas pu trouver sur votre blog le type de démontable que vous utilisez par habitude aussi il est difficile de comparer , les démontables sont issus de plusieurs technologies , ossatures en alu , bois , composites etc .. les toiles en coton , pvc ou encore hypalon ( les plus lourds ).

        en ce qui concerne le KG , rien n’empêche un KG de naviguer sur des eaux froides ,de nombreux témoignages en démontrent l’aptitude ;
        quel peut être le probleme d’un KG ? plusieurs concepts sont présents :

        – vessies en PVC qui craignent le gel , non en utilisation mais au pliage en dessous de 0° car le matériaux devient cassant . si il n’est pas dégonflé/ gonflé aux températures basses apriori aucun problème .

        -vessies en uréthanes comme le Nomad ,ou les kayak Aires , matériaux très résistant même aux basses températures si la construction est bien faite et les soudures déja testées en légere surpression sur une dizaine de sortie .

        -les bateaux en « nitrylon » sont aussi un bon choix pour leur résistance a l’abrasion , mais le poids et les volumes d’emport sont très réduits, les bateaux étant de petite taille ..

        cependant pour ma part et au vu des conditions d’utilisation extrêmes , charges importantes embarquées et manutentions rudes ( glissement sur des sols abrasifs et autres roches coupantes) , je déconseillerai a celui qui veut glisser son kayak sur ces revetement autant le KG que le démontable , a moins de débarquer systématiquement le chargement avant d’atterrir .

        pour exemple le kayak rigide démontable sera un meilleur choix car il pourra aussi servir de traineau sur la glace . mais c’est un autre choix ..

        bonne préparation pour votre périple 😉

      • fanny dit :

        Merci pour la réponse!
        Nous utilisons des Nautiraid biplace ossature bois (utilisés au Sptizberg et Groenland en été).
        Il me plait de pouvoir transporter le kayak en train….d’où le choix du démontable. L’expé sera aussi adaptée au choix du matos…

        Merci encore,

        Fanny

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Blog Stats
  • 484,501 hits
%d blogueurs aiment cette page :