du Vadrouilleur au Trimaran

La genèse :

Il fallait bien que j’y vienne , le trimaran étant le concept le plus abouti pour un kayak à voile digne de performances élevées, c’est vers ce concept que je me tourne .
Bien sûr on y perd en simplicité de montage et d’utilisation , et le poids devient plus important , il est nécessaire de séparer les éléments pour les manipulations de transport .

Le Vadrouilleur ne navigant plus beaucoup , utiliser sa coque qui est déja là est évident .
Pour les flotteurs , après avoir tourné autour des «stich and glue» en contreplaqué , j’ai opté pour le shape que je maitrise mieux et qui au bout du compte est moins onéreux et autorise toutes les fantaisies de formes même non développables .
Mes essais des flotteurs Grabner sur le Guru m’ont découragé d’utiliser ce type de matériel car il s‘avère très peu performant ( les flotteurs sont a vendre s’il y a un amateur 😉 .

L’objectif de ce trimaran sera la balade dans le vent raisonnable ,en solo ou a deux , jusqu’à un force 5 .
-Démontable par une seule personne ,sans aucun boulonnage .
-Le devis de poids ne doit pas exceder 80 kilogs complet qui est le poids des bateaux présents sur le marché ( hobie island tandem par exemple ).
-La coque faisant à ce jour 40 kilogs , cela me laisse de la marge .

Donc:
blocs de polystyrène prédécoupé en 30 kilog m3 ( actua cores )
stratification en sergé de verre et résine époxy .
une latte de ctbx 5mm au centre pour assurer la rigidité pendant le shape .

Les dimensions :
-Pour de simples raisons de disponibilité des blocs ,la longueur est fixée a 300cm de long ,pour une coque principale de 600 cm
-Le volume fixé a 150 litres soit légèrement submersible .
-La forme choisie est de type perce vagues pour éviter les coups de frein dans le clapot , et limiter les mouvements de tangages , enfin c’est mon souhait 🙂
Le gouvernail est a refaire , sur-dimensionné pour reculer le centre de dérive .
La ou les dérives seront de type hollandaises en ctbx stratifié pivotantes sur un tube alu .

Je dispose des traverses en alu aviation de 50mm de diamètre offertes par un ami que je remercie 😉 ,elles sont emboitées dans un fourreau de même matière parfaitement ajusté , c’est ça de moins a faire !…
Les traverses sont sur-élevés afin de dégager le flotteur au vent du clapot ; elles sont glissées dans des fourreaux en stratifié solidaires des coques . .
Le mat sera placé dans un fourreau stratifié maison scellé dans le bateau à la manière des Lazers etc .
Les flotteurs seront immobilisé temporairement par de simples chambres a air comme le font les polynésiens avec leurs Va’a.

Le gréement :
-Le mat ,en fibre époxy en deux parties fait 3,8m de long
-La voile en mylar fait 5m2 , elle est entièrement lattée et ajustable en hauteur sur le mat
-La bome est pour l’instant en alu
-L’ensemble faisant partie d’un sponsoring , c’est prêt a l’usage .

Le mat ne sera, du moins dans un premier temps, pas haubané .
La voile d’avant sera le géneaker que nous utilisons déjà sur nos kayaks . le spi faisant partie aussi de la garde robe.
Si l’ensemble fonctionne comme je l’espère , un foc sur enrouleur est prévu .

une fois les commandes de matériaux envoyées ,c’est parti pour la bricole ..
dépose du fourreau de mat du Vadrouilleur ( trop petit ..)

I) Découpe du fourreau actuel nettoyage des appuis et passage dans le pont.

II) Fabrication du nouveau fourreau .
Réaliser un tube en stratifié est un choix qui permet d’éviter le grippage d’un tube alu dans un autre tube alu . Le jeu fonctionnel sera réglé après moulage ( le stratifié se rétreint après polymérisation , mieux vaut prévoir un ajustement) .

Mouler autour d’un tube rend celui-ci impossible à démouler .. il faudra donc procéder en plusieurs étapes .
pose d’une lèvre sur le tube d’origine , .
masquage au scotch pour garantir une non adhérence réalisation du «congé»
( arrondi qui facilite la stratification , les angles sont générateurs de bulles ..)

pose d’un démoulant , cire ou et alcool polyvinylique ..
stratification du tube (polyester)mat 200gr et roving 280 ..pour éviter les bulles , deux lattes rondes sont plaquées avec des pinces pendant le séchage ( cirées bien entendu .. )


démoulage
pose sur la traverse
ajustement
découpe ( ponçage de la lèvre moulée)

.
.
.
.
.
immobilisation par un adhésif a l’intérieur de la pièce stratifiée pour éviter que la résine ne s’insère dans le montage .
stratification pour fermer le tube .

Cette technique sera employée pour le fourreau de mat ainsi que pour les fourreaux de traverses coque principale et flotteurs soit environ 2,5m de long de tubes ….

a suivre … ici http://wp.me/pjeym-xc

Publicités
À propos

une passion pour le kayak et les engins a propulsion naturelle : propulsion humaine , vent ..

Tagged with: , , ,
Publié dans bricolages et bidouilles, kayak a voile
2 comments on “du Vadrouilleur au Trimaran
  1. […] ne sommes pas prêts à nous en séparer mais il va évoluer vers d’autres applications vers le kayak trimaran […]

  2. […] de son coté nous prépare aussi  quelque chose […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Blog Stats
  • 472,215 hits
%d blogueurs aiment cette page :