essai du Nomad

 

 

Le Nomad  est en vente depuis décembre 2010; présenté au Salon de Paris , il a déjà conquis de nombreux utilisateurs .

 

Nous avons parcouru à son bord plus de 700 kilomètres , la plupart du temps en duo .

Les retour à la voile ( spoon ou pop up sail de Bic ) ont été nombreux dans des vents variables entre 5 et 30 noeuds .

 

Déballage :

Le bateau est livré dans deux grands sacs à fermeture par enroulement + velcro, étanches aux embruns ,et non à l’immersion .

dans le premier :

-un ensemble coque + boudins

dans le second :

-un plancher HP

-une quille HP

-deux sieges +deux cale pieds ( un large pour l’arriere et un plus étroit pour devant)

-un pontage double hiloires rigidifiées par des cerceaux en alu.

-une pompe

-un ensemble de tuyaux Y et HP .

-une notice de montage

 

Il est immatriculable en catégorie C , soit 2 miles des cotes en déponté et 6 miles en ponté et jupé deux places.

 

La navigation est possible , seul , à deux  , à trois adultes ou encore deux adultes et deux enfants , en déponté s’entend .

 

Sur l’eau .

Le bateau repose sur le concept Quille Plancher HP avec une évolution conséquente : le plancher passe sous les boudins ce qui crée un bouchain  . Ce système permet de réduire la largeur à la flottaison a 60cm environ , et améliore ainsi les performances .

La stabilité initiale est sensiblement plus faible que sur le YK2 , avec une très forte stabilité secondaire .

 

En déponté , la surface utile est très importante et autorise le placement selon les envies , les sacs prennent place entre les deux équipiers ou à l’arrière .

Le Nomad  accélère aisément jusqu’à 7 ou 8 km/h pour un effort raisonnable ; ensuite le gain de vitesse est moindre en regard de l’effort . La vitesse critique se trouve vers 10km/h à la pagaie et vers 14km/h à la voile dans du vent fort .

Les essais avec trois adultes pour 230 kilogs ont démontré de belles performance et aucun signe de surcharge .

Il a été testé au surf ,  répond bien, et part à la moindre vague , ce qui autorise de belles distances en downwind .

 

La stabilité de trajectoire est bonne , avec toutefois l’inertie des bateaux de 5 m biplace ; la maniabilité est bonne .

L’ajout d’un gouvernail est bien entendu un plus, qu’apprécieront les débutants et les utilisateurs de voiles .

 

L’étrave beaucoup plus marquée que sur les Yakkair autorise des sorties dans des conditions plus fortes sans mouiller l’équipage . L’enfournement est très largement retardé par le volume avant .

 

Les nombreuses poches latérales permettent d e glisser une bouteille d’eau , des barres de céréales etc. La poche sous le pontage avant , zipée , enfermera ce qui ne doit pas tomber a l’eau   ou être oublié ( carte de navigation par exemple ).

 

Les sièges sont les classiques Bic , livrés aussi avec les Yakkair , les cale pieds sont efficaces et confortables .

 

Le pontage vient se fixer à l’aide d’un double velcro périphérique , les hiloires sont surélevées par des lattes en fibre transversales , glissées dans des fourreaux solidaires du bateau .

Le montage est aisé pourvu que l’on respecte les consignes de montage , l’un d es coté puis en plaçant le bateau sur champs , l’autre coté.

 

La vidange de l’eau entrée dans le bateau due au ruissellement d e pagaies ou vagues perverses  est éliminée lors des accostages via les orifices de vidanges arrières , sans même décharger le bateau , ou en mer à l’aide d’une pompe de cale à main .

L’équipement :

Équipé de nombreux anneaux sur la ligne de vie , il est aisé d’emporter et d e fixer du matériel ou de créer des aménagements persos .

 

Pour notre part nous naviguons souvent avec le chariot sur le pont a l’arriere du bateau ; les voiles étant quasi systématiquement utilisées , nous avons mis un gouvernail .

Le bateau a subi également des aménagements pour placer un mat et un geneaker ,et des dérives latérales  lors de nos sorties de voileux ( aménagements amovibles bien sur ).

 

L’ensemble est suffisamment léger pour être manipulé a deux ( environ 25 kilogs .)

Nos dos sont ménagés par la mise en place de sieges «ergonomiques» qui ajoutent un réel confort en pénalisant un peu  le devis de poids c’est vrai .

Nous avons pris autant de plaisir a naviguer été comme hiver grace aux jupes qui préservent bien du froid et de l’humidité hivernale.

Vieillissement :

Notre Nomad a  été volontairement peu rincé et peu ménagé pendant 16 mois .

Durant l’hiver il est resté gonflé sous  la pluie la neige ..

Gonflé a 4,5 psi ,durant toute une saison , et  malgré l’exposition au soleil il n’a subit aucun dégat.

Les seules dégradations ont porté sur une oxydation des maillons des sièges , les séries suivantes ont été améliorées en protection pour palier a ce défaut .

 

Le mieux pour affiner son choix demeurant  un essai personnel du Nomad plutôt que la lecture des essais j’en conviens 😉

Publicités
À propos

une passion pour le kayak et les engins a propulsion naturelle : propulsion humaine , vent ..

Tagged with: , , ,
Publié dans essais de kayaks, NOMAD
One comment on “essai du Nomad
  1. Sebastien dit :

    Bonjour Andy,
    Je viens d’acquérir un Nomad et j’aimerai pouvoir m’inscrire sur le forum kayak afin d’y poser quelques questions et faire part de mon expérience. Cependant les inscriptions sont désactivées ! Comment faire ? Sébastien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Blog Stats
  • 484,452 hits
%d blogueurs aiment cette page :