élargissement de gamme : le nomad HP1

Proposer une gamme de bateaux ….donc des nouveautés !

Lorsque je suis entré en relation avec Bic Sport , c’était pour développer un kayak gonflable grand public , si possible performant mais surtout rigide , stable et léger .

Le Yakkair a vu son apparition commerciale au salon nautique de 2008

dès la présentation du YK HP2 , le staff commercial et technique m’a demandé un bateau plus petit et solo pour créer une gamme KG le yakkair One  .

L’idée faisant son chemin ensuite sont apparus les modèles Lite , non HP,  moins couteux .

Enfin en 2010 le Nomad que je souhaitais réaliser depuis le début est passé dans le programme : bateau polyvalent randonnée en bi ou sorties en famille , 3 adultes ou deux adultes et deux enfants .il est commercialisé depuis le salon nautique 2010

Une gamme répond à des demandes particulières de la clientèle .

Le segment du kayak de mer gonflable est rempli dans sa partie biplace , mais pour le solo , nous en étions  encore loin .. si le Nomad navigue en solo avec son pontage pour quelques heureux propriétaires , ce projet n’est pas parvenu a séduire Bic Sport , il ne sera pas commercialisé.

Il était donc normal qu’un autre bateau apparaisse tot ou tard pour boucher ce manque .

Il a été présenté au salon nautique Kanumesse de Nuremberg , sera présent au salon nautique de Paris , et est testé depuis le printemps de cette année .

Basé sur la même technologie que le Nomad , ce bateau plus court , et plus tendu encore  offre de belles performances en conservant les atouts de celui ci  :

-stabilité secondaire élevée

-rigidité maximale

-modularité -pontage jupable

-performances élevées

-poids  contenu . 

Pour la randonnée en solo le bateau offre deux gros volumes d’emports , sur l’avant et l’arriere .

le pontage  tendu limite les entrées d’eau sans augmenter la prise au vent .

l’habitabilité permet a un adulte de grande taille de prendre place à bord .

Sa largeur a la flottaison qui n’excède pas 60cm sous 100kg de charge permet de naviguer avec un effort minimal .

Un femelot de gouvernail monté en série fait son apparition pour les amoureux de la voile et les adeptes de cet accessoire.

Ce bateau solo , une fois déponté , permet de se balader a deux quand même , en ajoutant un siège , non livré d’origine .

Marc ( Hititte pour les forumers) qui a disposé du proto depuis  le début de l’été nous a fait ce topo :

Compte rendu de l’essai du prototype Nomad durant l’été 2012 :

1 – Conditionnement – sac de transport :

Le Nomad est prévu pour être conditionné dans deux sacs – A mon avis un seul pourrait suffire. Pour ma part je préfèrerais un sac type sac à dos (Yakkair one et two). Ce type de sac présente un double avantage : portage aisé et l’ouverture complète du sac permet un séchage plus facile de l’intérieur du sac lorsque l’on a plié et rangé un kayak encore humide dans le sac après une navigation.

2 – Gonflage et mise en œuvre :

Très facile : le bateau se gonfle rapidement avec le gonfleur à main, les pièces d’étrave et de poupe se positionnent sans problème : beaucoup plus facilement qu’avec mon Yakkair one sur lequel il faut être vigilant et s’y reprendre souvent à plusieurs fois au gonflage pour avoir les pièces bien alignées dans leurs logements.

Une remarque pour le plancher : il serait bon de prévoir un repère pour positionner correctement celui-ci dans le bateau : si le plancher est trop reculé l’accès aux valves est difficile voire impossible (pour regonfler lors d’une utilisation de plusieurs jours) de plus un plancher mal positionné entraine des déformations au niveau de la carène (bosses).

3 – Manutention à terre :

Le bateau est léger, se porte aisément seul mais un petit chariot peut être utile (et indispensable pour une rando).

4 – Navigation :

Le bateau a été utilisé uniquement en eau douce : sur le Rhône, balade à la journée – Sur la Loire, randonnée de trois jours – Sur un lac, plan d’eau du Grand- large à Lyon – sur le lac de Grandval (barrage sur la Truyère)

Utilisation essentiellement en solitaire et une fois en double.

Navigation en solitaire et « à vide » :

Sur plan d’eau calme, vent faible, pas de clapot. Embarquement facile, bonne stabilité initiale, première impression d’être « bas sur l’eau ». Comme sur les Yakkairs les trajectoires sont régulières, « le bateau va bien droit ».

Le bateau se révèle immédiatement beaucoup plus performant que le Yakkair One, avec une cadence de pagayage légère, la glisse est excellente. Le faible fardage permet de remonter sans effort au vent.

Essai sur un plan d’eau agité avec vent environ 16/20 nœuds en rafale sur le Rhône : vent de sud donc contre courant (clapot, petites déferlantes) et avec la voile Bic. Le comportement très sain : le bateau monte bien sur le vague et part en surf, un gouvernail serait le bienvenu, le bateau est très stable, très bonnes sensations de vitesse. Pour le retour le courant est annulé par le fort vent de face mais la faible prise au vent permet une progression régulière avec une cadence de pagayage soutenu  mais sans trop forcer (important pour la sécurité en cas de navigation prolongée face au vent…)

Navigation en solitaire, bateau chargé, randonnée de plusieurs jours :

L’espace de chargement est conséquent : derrière le siège à l’avant du bateau. Chargement bien positionné ne déséquilibre pas le bateau (sentiment de sécurité). Confort et sécurité sont accrus par rapport au Yakkair one utilisé dans les mêmes conditions.

Pour les portages l’utilisation du chariot est indispensable, attention à ne pas trop charger le bateau pour ne pas le déformer.

Navigation en biplace sur le Rhône (sans bagage) temps calme, faible courant porteur, pas de vent :

Le bateau est aussi un vrai biplace avec équipage de deux adultes, il resterait même un peu de place pour embarquer un sac ou deux. Le bateau est bien dans ses lignes d’eau, la stabilité reste parfaite.

Conclusion :

Propriétaire et utilisateur d’un Yakkair one, ce nouveau bateau constitue une évolution très intéressante : performances, volume de chargement et sécurité sont augmentés. Le stockage plié reste très raisonnable. De plus élément pour moi non négligeable ce bateau est plus élégant que le Yakkair One au profil un peu « rondouillard « !

Avec ce bateau j’envisagerais plus sereinement de participer à une épreuve comme la Vogalonga sur la lagune de Venise qu’avec le Yakkair one !

Compléments et illustrations :

Essai sur plan d’eau du grand Large :http://www.osavoile.fr/?p=779

Rando bivouac de deux jours sur retenue de Grandval http://www.osavoile.fr/?p=798

Biplace sur le Rhône : http://www.osavoile.fr/forum/viewtopic.php?f=7&t=26

Rando sur la Loire : http://www.osavoile.fr/forum/viewtopic.php?f=8&t=11

Surf sur le Rhône : http://www.forum-kayak.fr/index.php/topic,3355.0.html

comme on le voit , Marc a aimé ce bateau , dans les conditions citées qui sont tranquille , eaux intérieures et parfois agitées sur le Rhone par exemple .

 

Pour ma part , c’est en mer , Meditérrannée que je pratique pour l’essentiel ; la Bretagne je l’ai quitté il y a déja longtemps et même si j’y suis retourné naviguer en kayak , ma préférence va a des navigations plus chaudes tant sur le plan températures que sur le plan humain . J’ai pu lire dernièrement que le KG était lent et « mouillant  » c’est assez comique comme refflexion de la part de personnes qui n’en ont souvent jamais vu et de toutes évidences jamais essayé , question de culture un peu limite bornée sans doute le concept « open mind » n’est pas encore parvenu en pays Celte 😉

Je dirais pour ma part que ce n’est certainement pas le bateau qui présente un risque , qu’il soit gonflable ou rigide , mais plutot la façon dont on l’utilise et les compétences de son pilote . Je préfère cent fois utiliser un KG conforme aux réglementations Françaises dans lequel je peux remonter a bord dans n’importe quelles conditions seul , qu’un kayak  a bord du quel une aide est nécessaire pour rejoindre le bord une fois déssallé après avoir raté deux eskimautages .

Je ne parle même pas des constructions dites « Trad « qui elles ne correspondent pas aux critères de sécurité minimum pour la plupart , mais ne sont pas « interdites »  a ces rassemblements!

il est Vrai qu’en Bretagne ,du fait des conditions de mer et d’air froide même en plein été  , environ celles du Sud en plein Hiver 😀 , on a  tendance a penser que l’autre n’y connait rien etc .. Encore certainement une question de culture car nos « Cousins » au Canada pratiquent dans des conditions encore beaucoup plus rudes mais acceptent volontiers le fait qu’un kayak gonflable puisse être utilisé , les Coast Guard en attestent d’ailleurs .

Bonnes navigations a tous .

Publicités
À propos

une passion pour le kayak et les engins a propulsion naturelle : propulsion humaine , vent ..

Tagged with: , , , , , , ,
Publié dans essais de kayaks, kayak, NOMAD, Uncategorized
14 comments on “élargissement de gamme : le nomad HP1
  1. bluesrock83 dit :

    il est tres beau

  2. pinkandy dit :

    merci Eric :-)))

    • Frank dit :

      Bonjour Andy,
      Je m’excuse par avance si j’arrive un peu comme cheveu sur la soupe mais je ne suis pas très doué avec les blogs, et donc je « patauge » un peu …
      Je lis, me renseigne, m’informe pour peut être passer le pas qui me sépare de l’achat d’un kayak gonflable.
      * Est ce que le Nomad de chez Bic supporte la comparaison avec le Frame Convertible de chez Advanced Elements et le Seawave de chez Gumotex ?
      * Quels conseils auriez-vous à prposer pour l’achat d’une embarcation d’occasion ?
      Bonne fin de semaine, et j’espère à bientôt.
      Frank.

      • pinkandy dit :

        dire ou pire écrire qu’un kayak est meilleur qu’un autre est stupide ..

        il faut en premier définir un cahier des charges de votre utilisation , cela a déja été écrit dans ce blog .
        navigation
        -Seul ( exclusivement) ?
        -Seul et a deux occasionnellement ?
        -A deux et seul occasionnellement

        ensuite
        navigation principalement
        -en mer ?
        -en lac et plans d’eau calmes?
        -les deux avec une priorité pour l’un ou l’autre .
        -en rivières classe 1 a 2
        en rivière de catégories supérieures , dans ce cas passez impérativement par une école d’eaux vives , c’est un conseil en ami 😉

        autre point important :
        -le poids revêt-il une importance capitale ?
        -le volume plié représente t il une importance capitale ?

        enfin le prix : quelle fourchette d e prix êtes vous près à accorder à cette activité ?

        n’oubliez pas qu’il faudra ajouter au bateau :
        un petit chariot
        un ou des gilets
        le matériel de sécurité
        et bien sur els pagaies .
        ce poste n’est pas négligeable .

        ne négligez pas les offres d’occasion multiples présentes sur des sites comme le bon coin ou les offres de promotion des websites en fin de saison .

        enfin définissez l’intensité d’utilisation de ce nouveau jouet . une fois ce sparamètres définis le bateau idéal se dessinera assez précisement , en prenant en compte toutefois que le Kayak ne peut être qu’une suite de COMPROMIS acceptables par l’un et pas pas l’autre .
        si vous en avez la ossibilité essayez le bateau d’un pratiquant cela vous donnera une idée plus prcise de l’activité et évitez les aficionados de telle ou telle marque soi disant idéale , souvent cela ne correspond pas a votre demande .

        bonnes recherches et surtout bon libellé de votre cahier des charges .

        Andy

  3. dartagne dit :

    voilà celui qu’il me faut! je craignais que le nomad soit un poil trop grand et trop lourd (pour mes ptits bras),le modele une place me parait un super compromis pr la navigation seul en general et occasionellement a 2.c’est toi qui l’a concu aussi celui ci?!tres beau bébé,toutes mes félicitations a l’heureux papa!

    • pinkandy dit :

      ben voui c’est moi aussi 😀 , le Nomad HP1 était dans les cartons , plus qu’a produire , il faut pour cela un peu de temps .. j’espère qu’il comblera tes attentes vu qu’il a été conçu pour le programme que tu décris .

      belles balades nautiques 😉

  4. […] un post dédié se trouve à : « élargissements de gamme « le nomad HP1 […]

  5. Olivier dit :

    Bonjour Andy,
    J’hésite entre le yakkair hp2 et le nomad hp1, est-que la place habitable dans le nomad hp1 équivaut au yakkair hp2, sachant que je naviguerai seul mais aussi accompagné, côté pratique une fois plié le nomad hp1 est-il vraiment plus volumineux ? J’aime bien l’idée du sac yakkair mais j’aime aussi les performances du nomad hp1 :-/ 🙂 Que me conseillerais-tu ?
    Merci d’avance.

    • pinkandy dit :

      le nomad HP1 étant plus long , le volume d’emport est supérieur .
      c’est surtout en terme de performances que tu y gagneras beaucoup et en protection pour la navigation en solo le pontage pouvant être jupé .
      le volume est proche en plié sans le pontage .

      pour le sac a roulettes il y a les adaptes .. pour ma part le sac étanche a ma préférence pour le transport car le bateau mouillé ne souille pas le véhicule , l’eau et le sable restent dans le sac .. ensuite rinçage et le tour est joué 😉

      bonnes navigations !

      • Olivier dit :

        Ce nomad hp1 me plait de plus en plus, merci Andy pour toutes ces infos. 🙂

      • Olivier dit :

        Très bon Kayak Andy,
        Après 2 semaines en Corse et une utilisation régulière ce kayak me convient parfaitement aussi bien en solo qu’à 2, même 2 + 1 enfant comme marqué sur l’étiquette 🙂 léger, mise en place rapide et super glisse en solo, le parfait compromis entre le yakkair hp2 et le nomad hp3 que du bon 😉

  6. pinkandy dit :

    Merci et content que après une bonne utilisation intensive le bateau corresponde à vos attentes , preuve que le programme était cohérent , solo utilisable en famille .

    Bonnes balades estivale et peut être plus vers l’automne 😉

  7. Thibaud dit :

    Bonjour Andy, je sais que c’est un kayak de mer principalement mais ses 2 petites barres dans la catégorie eaux vives lui permettrait-il de descendre l’Orb ? Il y aurait forcément de nombreux frottements contre les rochers voir sur le fond du kayak selon la saison et les lâchers d’eau de la centrale (de 3 à 20m³/s.)

    L’Orb n’est qu’un exemple mais pour toute rivière comparable.. Qu’en pensez-vous ? J’ai lu par ci par là que la matière est très résistante. Mais il y aussi le côté non auto videur qui me fait hésiter, quels son les risques à ce niveaux en cas de chute, comment le bateau réagirait-il selon vous ? Les boudins devraient le maintenir en surface même rempli d’eau non ?

    Au plaisir

    Thibaud

    • pinkandy dit :

      le Nomad ( HP1 et HP3 ) n’est pas un kayak d’eaux vives , un classe 2 au maxi .. bien sur plein d’eau et même avec l’équipage a bord il flottera , mais le coté non autovideur est un handicap . ponté cela limite les entrées d’eau mais le risque en cas de cravate est conséquent .
      la matière est effectivement très solide , identique a bien des « zodiacs » .
      la bande de ragage sur le fond est également la pour assurer une bonne résistance au frottement .. mais ce n’est pas le bateau spécialisé pour la rivière a gros débit , son étrave est genante dans ces conditions pour réaliserd es changements de trajectoires brutaux , appels etc ..

      bonnes balades 😉

Commentaires fermés

Blog Stats
  • 498,556 hits
%d blogueurs aiment cette page :