Retour vers le Nomad et le Yakkair ..

Retour vers le Nomad et le Yakkair ..

Plusieurs années se sont écoulées depuis la conception de ces bateaux .

Il est certain que le succès commercial a été au rendez vous ,des milliers de personnes se sont approchées du kayak au travers de ces bateaux et j’en suis pleinement heureux , preuve que le KG a de beaux jours devant lui .Je ne pense pas qu’un kayak de mer tel que beaucoup le décrivent n’ait atteint un pareil succès commercial dans le même laps de temps .

Las des déboires de sous-traitance ont entrainé des défaillances sur les bladders et autres collages des planchers et quilles .

Sur un volume de ventes qui se chiffrent en milliers , il était inévitable d’en passer par là .

Pour ma part , chance ou hasard ou plus simplement respect des consignes de pliage et utilisation notre Nomad n’a jamais failli en maintenant trois années de bons services et un grand nombre de miles a son actif .

La Firme Bic a réagi et remplacé sans discuter bien des bladders qui avaient éclaté suite a de mauvaises techniques de pliages et non au défaut constaté qui reposait sur deux points :
Longueur trop courte , et soudures non stabilisées .

Malgré tout cela , les forumeurs et autres vrais faux utilisateurs ont décrété haro sur le baudet en discréditant le produit .Je comprend parfaitement la déception de ceux qui ont eu en main un bateau défectueux .

Un bateau gonflable nécessite un peu de connaissances pour l’utiliser ,le plier , et le stocker .

Ayant possédé un Solar j’ai subi des dégats plus graves car non réparables , dans des fuites permanentes de la valve de surpression ou encore dans la rupture de la valve de gonflage du boudin principal lors d’n transport avion . Mais sur ce type d e concept entièrement collé aucune possibilité de changer un composant le bateau étant entièrement monobloc .

Ceci dit simplement pour rappeler aux intégristes de ce concept qu’ aucun bateau n’est parfait , il faut simplement savoir composer avec les diférentes spécificitées .

Le pliage du Nomad et Yakkair se fait de l’avant vers l’arriere , après un simple dégonflage par ouverture des valves principales ( boudins )que l’on remettra en place une fois le dégonflage complet effectué ( afin d’éviter de marquer le joint de la valve au transport si par manque de chance elle se plaçait en face de celui ci , si si c’est arrivé !)

IL NE FAUT PAS soulever le bateau une fois dégonflé par les pointes pour faire venir l’eau au centre comme je l’ai vu faire , mais le sécher avant le dégonflage , en vidant parles orifices de vidanges placés a l’arriere des bateaux , cela SANS PLACER LE BATEAU a l’envers mais en le mettant sur le chant et en levant la pointe .

En repliant la pointe vers l’arriere pour le premier pli, on bloque tout mouvement du bladder dans le boudin et ainsi aucune hernie n’est possible , les potes qui procèdent de cette façon depuis longtemps n’ont jamais eu de problèmes . Hélas les forumeurs pleins d’initiatives et d’astuces ont conseillé de pendre le bateau par les pointes ou encore de le stocker à plat dégonflé . Ce qui lors de la remise en service entraine une saisie par les pointes , un recul des bladders dans les boudins et une hernie à court terme , ce quie st pour moi une mauvaise utilisation et non un défaut du bateau .

Une notice explicite sur le pliage avait été mise en ligne sur le site BIC Kayak, une séquence photo imprimée sur une notice de montage / démontage pliage des bateaux. Cependant , si l’on questionne les utilisateurs , moins de 10% d’entre eux ont lu cette notice ou même jeté un oeil dessus ; inutile ensuite de se demander d’ou sont venu la majorité des hernies .

http://www.bicsportkayaks.com/images/BIC-Kayaks_NOMAD_UserGuide.pdf
http://www.bicsportkayaks.com/images/pdf/BIC-Kayaks_YAKKAir-Nomad_Guide.pdf

L’utilisateur est à mon avis responsable d’au moins 60% des cas de ruptures , cependant il faut remédier à ce qui est décrit comme un défaut de conception par certaines personnes …Inutile de compter sur les «revendeurs experts» pour le conseil ils n’ont la plupart du temps pas lu non plus la notice je le constate dans les magasins de sport que je croise sur mon chemin … Quand a leur pratique de l’après vente il consiste a retourner le bateau a l’usine ! aucune expertise professionnelle ..

Pour y remédier , le constructeur a appliqué des modifications pour empêcher le bladder de reculer , par l’adjonction d ‘un velcro dans les pointes .

Les planchers et les quilles font l’objet d‘un contrôle systématique sous pression .

Le nouveau sous-traitant produit des kites , et des stand up gonflables dont les pressions supportées n’ont rien de comparables avec les planchers des Nomad et Yakkair . ( plus de15 psi alors que pour les planchers nous nous contentons de 6,5 psi !… )

Comparer le comparable , utiliser les notices explicatives qui ne sont pas là pour rien , et éviter de remplacer les concepteurs en mettant en conseil d’utilisation sur des forums des infos non validées dans le temps seraient les conseils que je donne a ceux qui se posent en experts sans vraiment en avoir le recul …

Bonnes navigations hivernales aux plus courageux 😉

ps) Je ne travaille plus pour Bic Sport depuis trois années … ce qui ne m’empêche pas de suivre le cheminement du produit 😀

Publicités
À propos

une passion pour le kayak et les engins a propulsion naturelle : propulsion humaine , vent ..

Tagged with: , , , , ,
Publié dans essais de kayaks, humeur, NOMAD, yakkair
3 comments on “Retour vers le Nomad et le Yakkair ..
  1. dirlo43 dit :

    Et bien moi j’ai les deux ! Un Yakkair One et un Nomad . Oui j’ai eu des problèmes avec le one : fuites sur le plancher et la quille. Je m’étais même énervé à l’époque : »quoi un kayak jetable ??? » Et puis SAV nickel et remplacement des pièces d’une série défectueuse… Avec le Nomade one ; que du bonheur ! Aucun problème et une utilisation régulière avec même un concept de « vélo kayak » en associant un vélo pliable, une remorque et le Nomad… Il est vrai que je suis soigneux : je rince, sèche, plie mes kayaks après utilisation. Bref du bon matos…

    • pinkandy dit :

      merci Marc pour ce témoignage 😉
      je sais combien tu utilise ton ( tes) bateaux et cela me conforte dans mes choix passés et dans ce petit propos ..

  2. danyel dit :

    pour ma part je n’ai pas eu de déboires avec mon nomad, juste quelques moisissures dans le tissus du dessus car il n’est pas toujours possible de le plier totalement sec, je le stocke hors de son sac mais pas dans l’endroit le plus sec du monde. je pars bientôt pour Madagascar pêcher un peu et me balader sans appréhension car je suis vraiment enchanté de ses qualités dynamiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Blog Stats
  • 484,452 hits
%d blogueurs aiment cette page :