le kayak transportable de demain ?maj 12/08/16

Le démontable , « folding kayak » ne prend que peu son envol en terme de ventes , en effet tant les Nautiraid que les Trak peinent à convaincre les utilisateurs qu’il faut mettre entre 2 et 4000 euros et supporter le poids qui bien que réduit pour le trak ( 21kg) ne descend jamais en dessous des 27kg kilogs ,et dépasse souvent les 30kg , hors matériel indispensable , pagaies gilets etc .

Alors bien sur on se penche vers le « KG » ,ou « IK » « inflatable kayak » , qui inclut tout et son contraire , des bouées améliorées aux bateaux sophistiqués que sont les Advanced-élément , Nomad ou encore Yakkair .
Autre option , les bateaux plus ou moins boudinés de type Sévylor ou Gumotex qui n’ont que de bien piètres qualités marines faute d’une rigidité déplorable dans une mer légèrement formée mais présentent d’autres avantages plébicités : facilité de mise en oeuvre et séchage aisé.

Les freins à l’achat on l’a vu plus haut sont donc : le prix , le poids mais aussi le temps de mise en oeuvre et de rangement. Il est probable que les performances soient également un critère de choix mais selon le type de navigation celui ci est plus délicat à cerner ..

Ayant eu le privilège de travailler sur les Yakkairs et Nomad je savais combien la technique drop stich allait améliorer l’avenir du KG , mais même si l’idée m’avait effleuré , la réalisation du proto full HP m’était inaccessible techniquement parlant ( collage sur gabarits , maitrise du drop stich).

La Corée (du sud) porte plusieurs constructeurs & concepteurs de kayak . Ils inondent le marché avec plus de 180000 KG distribués a travers le monde chaque année sans compter les stand up dans lesquels ils ont fait preuve de leur expertise . . Forts de cette expérience , ils se sont lancé dans la production d’un ou plutot de plusieurs kayak «fullHP» ce qui garantit , rigidité et rapidité de mise en oeuvre .

Ces bateaux sont différents des actuels KG par l’absence de formes rondes de type boudins classiques . Leur formes sont assez classiques d’un modèle à l’autre même si quelques protos de type proches des surfskis sont même en cours de tests .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le kayak « fullHP » est il LE KG de demain ?

Pour avoir eu la chance de tester l’un de leurs produits , je suis convaincu que l’on se rapproche du mouton à cinq pattes attendu .

Le modèle que nous avons testé est un solo 3,8m de long pour 0,74m de large maxi au pont . le bateau est à simple bouchain avec une carène assez fine sur l’avant .La flottaison, se contente de 68cm environ au bau maxi mais est présente sur toute la longueur du bateau .

Montage : une fois ouvert le sac en pétales , l’ensemble se déplie rapidement et se gonfle en moins de 10minutes , à la pression de 9psi. La pompe HP permet cela en environ 65coups de pompes par compartiment ( plancher et deux bordés) .
L’aileron est simple d e mise en place sans outils et possède une clavette de sécurité qui devrait le rendre imperdable
le siège fourni est léger et le dossier monte assez haut .
un cale pieds est également fourni.
les deux petits pontages avant et arrières permettent d’y loger un sac étanche ou même un bidon de 5litres.
Les deux poignées de portages sont situées à l’avant et à l’arrière du bateau , pour le portage solo il se placera sur l’épaule ce qui vu ses 13kg ne devrait pas être douloureux !
sur notre modèle un bouchon de nable se situe sur la piece moulée arrière

sur l’eau :

Le bateau a une stabilité comparable à un ponté de gamme moyenne ,rien a comparer avec un Yakkair par exemple ici la stabilité est plus «Tippy» comme disent les anglosaxons ! une vitesse et une capacité d’accélération étonnante , due à son faible poids , 13kg sur ma balance , et a sa rigidité.
Les étraves en plastique moulé offrent une belle ligne d’eau et le bateau ne laisse qu’un faible sillage derrière lui ..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En solo il tire son épingle du jeu comme beaucoup de KG plus longs .les accélérations sont franches et ne nécessitent qu’un effort modéré .La hauteur des bordés n’est absolument pas gênante . L’habitabilité est surprenante car les bordés au lieu d’être des boudins ne sont que des plaques de 10cm d’épaisseur soit la moitié de la largeur des boudins simples . Les rangements sous pontages avant et arrières sont également de bon volume .

Je me suis amusé dans les petites vagues du haut fond , en touchant parfois je l’avoue ..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La rigidité du bateau rend le surf plus immédiat , jusqu’ici j’ai testé sans aileron , et cela ne m’a pas gené , tirant d’eau faible et bonnes prises de carres aisées compensent largement cette absence . .Avec l’aileron le bateau tire droit mais reste manoeuvrable .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La remontée à bord s’apparente plus à celle d’un surfski car le bordé est assez haut , pour faire plus facile il suffit de ré-embarquer par l’avant la ou le bateau est moins large . il peut être intéressant d’emporter un paddle float pour faciliter le retour a bord si l’on est fatigué .N’espérez pas remonter à bord sans embarquer d’eau cela me semble assez difficile .

Bien que conçu comme solo nous avons navigué aussi à deux , sans problèmes , car habitués à naviguer ensemble et bien synchronisés .La stabilité n’est que peu affectée par la surcharge . Les performances une fois encore nous ont surpris , malgré un vent de face d’environ 30km/h nous avons progressé à 5km/h sans forcer face au clapot du vent .

slide tandem
pause sur la plage sam
Je n’ai pu m’empêcher de tester la Spoon sur le bateau et nous sommes revenus a 10kmh de moyenne tranquille sans pagayer autrement que pour maintenir une trajectoire grand largue . Nous avons regretté de ne pas pouvoir survoler les hauts fonds ( ben oui nous avons raclé plusieurs fois … ) aussi l’aileron a été enlevé , sans aucune gène ni perte de trajectoire. et on glisse sur des faibles eaux , peut etre 12 a 15cm seulement …les deux étraves font remarquablement bien leur office.

Je suis certain que d’ici quelques temps d’autres modèles apparaitront car ce concept est très prometteur

:-mise a l’eau moins de 8 minutes apres avoir pris le sac dans le coffre .
-poids 13kilogs pour 3,8m
-vitesse maxi de 9km/h pour un KG de 3,8m de long ..et 6km/h en balade sans forcer .
-possibilité de la porter sur le dos sans se casser les reins .
-très rapide à sécher sans double fond housse ou autres accessoires a monter démonter .
-aussi robuste qu’un SUP.
-pression 9psi suffisante pour une rigidité a toute épreuves sur l’eau d’ou une grosse réserve avant d’atteindre la surpression .
-système de vidange simplissime et efficace.

Petit défaut : le volume des étraves rigides rend le paquet plus volumineux, et relativement sensible aux chocs ou écrasement .

Le seul véritable obstacle est le prix du kayak qui est et restera je pense compris entre 1500 et 2000 euros selon sa taille car le cout de la matière ( drop stich) emporte déja un Stand up de qualité ( 15 psi nécessaires) vers les 1000 euros .
Sur le kayak il y a de l’assemblage de panneaux à réaliser , des collages entre panneaux et fond et des moulages d’étraves .

Pour l’instant il n’existe pas de modele ponté mais rien ne l’empêcherait techniquement ce qui ouvrirait vers un kayak de mer on ne peut plus proche du démontable et dans ce cas le bateau est d’un prix comparable , serait il alors encore séduisant pour l’acheteur ? ….le pontage est il vraiment nécessaire pour la majorité des utilisateurs ?

De bien beaux moments de KG autour de la plage et dans les environs Sud de la Tonnara et dans le golfe de Sant’Amanza en Corse .Les tests dans des vraies vagues se feront vers Cannes très probablement.
passe tonnara

Les nouveautés apparaissent assez vite cette année , les bateaux de toutes dimensions font leur show , pourquoi tant e dimensions ? simplement par besoin de produits différents , mais ne vous y trompez pas cela influence le comportement .

Les drop stick intégraux offrent peu de possibilités en terme de concept cette forme « barque » sera probablement la seule a apparaitre avec un prix marché raisonnable . la largeur a évolué et les longueurs offrent un choix d bateaux plus ou moins stables et surtout avec une prise au vent croissant au fil de leur agrandissement . la prise au vent latérale se traduit par un comportement mou c’est a dire que le bateau abat lorsque le vent le pousse ( il part sous le vent) .une réponse consiste a diminuer e façon drastique la surface de l’aileron , une scie a métaux un cuter pour fignoler et c’est fait . il faut aussi savoir que le bateau se comporte très bien sans aileron ce qui diminue encore le tirant d’eau excessif a mon avis avec l’aileron profond .

ATTENTION un bateau offrant une grande prise au vent justifie grandement d’être relié a son bateau en mer et en grands lacs . pour la rivière , vu que els bateau seront non autovideurs pour ‘instant , il est préférable de se contenter d’une classe 2 maxi .

Aux salons de fin d ‘année (Dusseldorf , Paris) plusieurs nouveautés seront présentées , avec quelques amélioration pour le confort de pagaie .

Ce qui est remarquable avec ce concept c’est la facilité avec laquelle on passe de la pratique kayakiste  à celle de canoéiste , en sur élevant le ou les sièges on obtient un bateau aisé a manoeuvrer et capable de bonne performances toutefois .

 

Quand à le trouver avec un pontage , a part quelques images de synthèse assez mal faites pour l’instant rien de neuf , mais c’est bien sur envisageable ainsi que la pose d’un gouvernail qui elle demandera un bricolage de bon niveau avec une piece moulée ..

 

A suivre .. to be continued 😀

 

 

Publicités
À propos

une passion pour le kayak et les engins a propulsion naturelle : propulsion humaine , vent ..

Tagged with: , , , , ,
Publié dans découverte du kayak, essais de kayaks, nos balades
3 comments on “le kayak transportable de demain ?maj 12/08/16
  1. pijah dit :

    Merci Andy pour le c-r ! Si le prix reste contenu, et que la tenue à 2 pour des sorties journée est vraiment possible (montage sièges, espace pour les jambes…), ça pourrait devenir notre K2 de voyage 😉

  2. Vincent dit :

    Merci pour ce compte-rendu. Je me permets une question un peu orientée: comment situer ce kayak 100% drop stich par rapport aux yakkair HP que vous avez eu l’occasion de pratiquer?

    Et une question pratique: quid de la remontée à bord pour une femme (ma compagne) totalement novice dans ce genre d’exercice? Est-ce un obstacle?

    Bien à vous

    • pinkandy dit :

      Le drop stich est plus rigide et offre une meilleure habitabilité a longueur égale .
      Le drop stich est plus rapide a mettre en oeuvre .
      Le YKHP2 a un programme comparable a un drop stich de 410cm

      Pour la remontée à bord vous avez les iages dans cet aricle 😉

      a deux c’est plus facile car celui qui est a bord le premier aide l’autre a remonter en améliorant l’assiette du bateau (maintient a l’horizontale)..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Blog Stats
  • 472,215 hits
%d blogueurs aiment cette page :