Savoir se mettre la pression

Pression de gonflage des HP Bic

Je lis beaucoup de  choses erronées ici ou là aussi je pense qu’une mise au  point est nécessaire ..

Les bladders : ce sont des vessies en Uréthane , soudées ( et non collées ) . Comme tous les éléments soudés, si la soudure est insuffisante en surface un arrachement peut survenir . Dans ce cas ce n’est pas la pression en elle même qui en est la cause mais un défaut de fabrication que le SAV Bic assume à ma connaissance depuis le début sans sourciller . Au vu du nombre assez faible de problèmes en regard du nombre de bateaux vendus , cela est inévitable malheureusement .

Les boudins , en tissu polyester ils contiennent les bladders et leur imposent une forme géométrique définie . Il ne faut jamais gonfler les bladders en dehors des boudins a une pression supérieure  a 1 psi .

Particularités :

Sur les Yakkairs HP2 et 1 , la pression initiale ne doit pas exceder 3,5 psi a température ambiante dutilisation . une exposition en plein soleil de midi si le bateau a été gonflé le matin pourra engendrer une surpression c’est pourquoi il est conseiller de diminuer celle ci lors de la pause déjeuner ..

Sur les Nomad HP1 et HP3 , la conception des boudins est différente . pour ma part j’augmente la pression statique à 4,5 psi , pour une meilleure rigidité en mer encore . La surpression due au soleil a été mesurée a 3,5 psi sur mon bateau a l’heure du midi soit 8psi ,sans rupture ni amorce . Ceci est du a une meilleure tenue des bladders dans les boudins textiles . pour l’anecdote en kite surf les boudins sont conçus de la même manière et résistent a 10 psi ( mais le diamètre est moindre il est vrai).en cas de pression plus élevée ce sont les coutures des boudins qui vont lacher par rupture du fil ( testé et obtenu vers 9,3 psi) )

ATTENTIOn si le bladder n’est pas placé a fond ans les étraves , il peut créer une hernie . le controle est aissé :

Lors du prégonflage a faible pression, s’assurer que les deux pointes se remplissent jusqu’au bout . ensuite monter en pression .

les modeles 2013 sont équipés de velcros placés en usine afin d’éviter ce mauvais positionnement , remarqué chez certain utilisateurs qui faisaient sécher leur bateau pendu par les deux poignées des extrémités .. cela entrainait un recul des bladders et ensuite lors du gonflage suivant risque de hernie qui rapidement se traduit pas un éclatement et non une rupture de soudure ..

En ce qui concerne les planchers HP : ils sont de même construction que les Stand Up Paddle et son conçus pour une pression initiale de 6,5psi , suffisante pour assurer la rigidité de l’ensemble du bateau . la quille en est de même .

Les planchers comme les quilles sont collées et non soudés , a l’aide d’une colle PU et non Néoprène .

Voilà si des questions se posent sur ce sujet n’hésitez pas …

Bonnes navigations

18 comments on “Savoir se mettre la pression
  1. jbb dit :

    Bonjour,

    L’été dernier un boudin de mon YAkkair lite 2 a éclaté en mer. Le revendeur me l’a remplacé car le kayak était sous garantie. Il n’empêche que j’avais une confiance très forte dans ce type de matériel et que ce n’est plus le cas aujourd’hui. Un vendeur du vieux campeur m’a indiqué que BIC avait eu des problèmes avec son fournisseur chinois, mais que la marque avait changé de fournisseur. Je m’inquiète car mes deux boudins ont été construits avec l’ancien. Lors de l’explosion j’étais en mer avec ma fille qui sait bien nager mais j’hésite fortement à emmener mes garçons plus jeunes. Mes craintes sont elles fondées ? Par ailleurs le kayak n’est plus sous garantie si le problème doit se reposer quelles est la politique de BIC ? (si vous la connaissez) je sais que je peux intenter une action en vices cachés, mais je préférerais pouvoir profiter de mon bateau en toute quiétude, sans penser aux recours qui me sont ouverts en cas de préjudice… ?

    • pinkandy dit :

      sur certaine marques le retour en garantie dépasse les 20% … sur les yakkair il y a eu des problemes dus au sous-traitant qui a livré des bladders trop courts .

      BIC a , à ma connaissance toujours assumé les retours en garantie sur des explosions parfois dues a des surpressions ou a un mauvais pliage du bateau ( ce qui entraine le recul du bladdre dans le boudin et donc ensuite une hernie) .

      La pression lors d’une exposition au soleil peut s’avérer importante cela peut également entrainer un éclatement . .

      Cependant si le bateau est
      – bien monté
      -correctement gonflé ( pas plus de 3,5 psi)
      -sans défaut d’usine ( qui se remarque des les premiers gonflages .

      Le risque de ruptures des bladders est quasi inexistant .

      Je navigue depuis trois ans avec le même Nomad que je surgonfle délibérément ( a mes risques et périls ) a 5 psi .Si le bateau n’a pas exactement la même conception que le yakkair, il en est proche dans les boudins .

      Tout le monde peut intenter de procès en tant qu’avocat vous êtes donc bien placé 😉

      Plutot que l’action en justice , longue et couteuse, je pense sincèrement qu’un dialogue avec le constructeur et non avec un revendeur qui diffuse des infos déformées les choses s’arrangent d’elles mêmes .

      Pour ma part je n’ai aucune crainte , ma Fille navigue seule ou avec des amies sur un Yakkair depuis plusieurs années d façon épisodique sans jamais avoir connu ce genre de déboires .

      Même les plus grandes marques d’automobiles rappellent des véhicules pour modification , Bic l’a fait pour le remplacements de bladder .

      Ceci dit si vous n’avez pas confiance dans le bateau , son constructeur ou et son concepteur , alors je vous conseille de changer d’embarcation .. avec un Lite vous n’étiez pas a plus de 300m des cotes j’espère car la législation ne vous y autorise pas avec ce modèle de bateau qui est rappelons le un engins de plage .

      Bonnes navigations , l’été approche 😀

  2. prud'homme dit :

    Bien instructif, cette petite causerie sur la posologie des coups de pompes à administrer à son KG avant de l’emmener faire trempette.
    Et rassurant aussi d’apprendre que les crevaisons et autres divers accidents de dépressurisation ne sont pas si nombreux que ce que l’on pourrait penser en parcourant certains forums…

    Là, je suis à deux doigts d’acheter un nouveau KG et j’hésite beaucoup entre le concept vessie uréthane sous enveloppe polyesther (Yakkair HP 2 ou Sévylor SKS 500) et celui d’une seule couche en Nitrilex, comme tous les bateaux de chez Gumotex (swing 2 pour ne pas le nommer) , que le vendeur décrit comme la panacée universelle en matière de KG…

    En fait, ce sera sans doute Yakkair, vu le coté trés Spartiate de la production Tchèque et vu aussi la belle et prometteuse carène du Yak’…
    Mais j’en viens à ce qui motive ce post : chez Gumotex, ils ont installé une valve de surpression d’origine, et ce pour éviter tout accident dû à une surdose d’UV ; Est-ce une sécurité qui mériterait que tous les concurents s’y mettent aussi pour éviter les … insolations aigües de bladders ? …

    • pinkandy dit :

      Je me permet de dire sans aucun complexe que si la valve de surpression était la panacée je l’autres placé aussi sur les KG Bic 😉 Ceci dit pour avoir possédé un solar il y a bien des années , j’ai été plus ennuyé (au bas mot) par cette valve => fuites dues au grains de sable etc ;et elle qui ne concerne d’ailleurs que le plancher qui est peu exposé mais plus fragile que sur les boudins pour lesquels les valves certes a priori sérieuses sont très fragiles et ont cassé lors d’un transport vers les iles avec pour conséquence pas de bateau pour la semaine .. Ces valves sont très proéminentes dans le boudin ce qui cause certaines fragilités .
      Pour ma part mon Nomad est a toutes les sorties en surpressions depuis trois ans et s’en porte bien . pourquoi ? simplement parce que avants e monter en pression je m’assure au toucher que les bladders sont boien en position au fond de leur logement simple la forme se met en place des les premiers coups de pompe avec un peu de pression si la pointe gonfle c’est ok si au contraire il demeure une poche c’est que le bladder a reculé , ce qui normalement n’est plus possible dans les nouveaux modèles équipés de velcros de maintient .
      Je rappelle que pour le Yakkair les surpressions a dessus de 3,5 psi sont déconseillées car le concept n’est pas identique aux Nomad .

      Le concept des boudins « uréthanne » insérés deans des vessies textiles n’est pas nouveau et est présent sur TOUS les « kite surfs  » a boudin . avec de stressions d’environ 10 psi , ce qui démontre de la fiabilité du concept toutefois comme nos diamètres sont plus conséquents nous ne montons pas à des pressions de cet ordre .

      Le « nomopeau » en nytrylon ( qui n’est pas une matière mais une appellation commerciale ) ne supporte pas les pressions nécessaires a une bonne tenue de la carène et d’ailleurs n’en possède pas même pour le modèle mer ce qui est une grosse lacune qui s ‘efface si l’on pratique en rivière en augmentant la trainée bien sur .
      Pas vraiment nouveau puisque utilisé depuis plus de 40 ans le collage des peaux ensembles par adjonctions de joints plats . et pour la pette histoire autour d’hui 90% des zodiacs et assimilés sont en PVC … et jamais en nytrylon .. pourquoi si c’est effectivement supérieur ?

      J’espere que je répond a votre questionnement ..

      Bon choix quel qu’il soit et bonnes balades en KG 😉

      • prud'homme dit :

        Un grand merci pour cet avis éclairé et compétant !!!
        Ce sera donc certainement le Yakkair, et sans doute le Nomad plus tard si son petit frère répond à mes attentes …
        Mais pas celui de chez Décath’, où je me suis rendu hier soir le chéquier en main, tout prêt à dégainer pour repartir avec l’objet de mon désir sous le bras : ils ont le culot de proposer sur le net le Yakkair ancien design (rouge et gris) en « fin de série » et un peu moins cher que celui de 2014. En fait, ils vendent deux modèles d’exposition abimés, trés sales et paraissant incomplets !… Et c’est pas tout, dans le magasin, ces « estrasses » sont proposées au prix du Yakkair neuf et tout rouge de cette année ! …
        Alors, encore une question à l’expert en kayakologie : où commander le KG l’esprit tranquille et sans risquer de mauvaise surprise ?

        Merci d’avance ! …

  3. BARAGGIA Jean-François dit :

    Bonjour
    Séduit par le concept du kayak gonflage et venant d’acquérir un Yakkair HP2,si au gonflage de la HP, l’aiguille du manomètre reste fixe à 6 Psi, en BP l’aiguille du manomètre redescend systématiquement à 0.Est ce normal ?

    • pinkandy dit :

      c’est effectivement normal car sur les valves des bladders il y a un clapet anti retour , lorsque l’on enleve le tuyau l’air ne s’échappe pas .. Donc la pression ne peut être mesurée que lors de la descente de la pompe ..En apuyant pour ouvrir le clapet .
      Pour le HP l’embout quart de tour pousse le clapet et donc l’air retourne vers le mano la pression est donc lisible tant que l’embout est en place ..
      bonnes balades en Yakkair 😉

      • BARAGGIA Jean-François dit :

        Merci pour la réponse car à décathlon ou je l’ai acheté(étant débutant, j’ai été très bien renseigné),ils n’ont pas pu me donner de réponse satisfaisante .Excellent produit bien conçu qui me donne entière satisfaction sauf la pompe plastique qui me parait un peu fragile.

  4. Jean François REINARD dit :

    y a t il une autre solution que de changer le plancher HP (yakkair one premiers modeles) quand la valve est deterioree (ressort)

    • pinkandy dit :

      il est tout a fait possible de changer la valve , en tous cas la partie externe . pour cela il faut la clé spécifique pour desserrer la valve ..

  5. Aymeric dit :

    Propriétaire d’un Nomad HP3 je suis toujours rendu un peu perplexe par les manuels indiquant « à dégonfler un peu si laissé en plein soleil à midi », sans aucune quantification. En cas de beau temps, on est forcément en plein soleil sur l’eau à midi ! Je trouve l’expérience de cet article rassurante, mais je ne m’y risquerais pas à titre personnel à taquiner les limites… surtout quand on est sorti de la période de garantie.
    Pour vous :
    – à dégonfler quand « laissé en plein soleil à midi » cela veut dire (0) dans les pires conditions au soleil sur une plage au sec, ou ceci est-il également valable (1) au mouillage sur l’eau (kayak vide – mais les bladders ne touchant pas nécessairement l’eau) ou (2) en navigation (kayak plein – éclaboussures des pagaies) ?
    – Si je ne veux pas avoir à manipuler les valves dans la journée tout en gardant de la rigidité (transport sur le toit d’une voiture, navigation et pause au soleil sur la plage), à combien limiter la pression initiale (le matin & à l’ombre) pour ne prendre aucun risque ?
    – faut-il également sous-gonfler les compartiments HP (ex. à 5PSI) où n’y a-t-il vraiment aucun risque de ce côté ?

    Merci de vos lumières !

  6. pinkandy dit :

    Vous avez tout a fait raison de ne pas  » taquiner les limites » ;
    ceci dit comme je l’ai écrit si vous gonflez le bateau le matin de bonne heure avec une température de l’air de 20° et que le midi il est exposé a 30° a l’ombre il est certain que en plein soleil d’été , les limites seront atteintes . C’est pourquoi il est préconnisé de dégonfler « un peu » les boudins .
    En dévissant la valve légèrement vous obtiendrez une fuite controlée , lorsque le pouce s’enfonce aisément dans le boudin , il est sufisament dégonflé , probablement vers les 2,5 psi ; quelques coups de pompe avant le départ seront nécessaires mais cela ne prendra pas longtemps .
    Sur ‘leau comme les boudins restent hors du contact de l’eau, donc non refroidis il est préférable également de dégonfler si l’on reste au mouillage exposé au soleil .
    Pour répondre à la dernière question , le bateau ne sera pas rigide à une pression inférieure a 3,5 psi toutefois il le sera assez pour le transport à l’envers quille vers le haut ,sur le toit a 2,5 psi , mais ne sera pas a l’abri totalement car un véhicule selon sa couleur ( blanc peu , sombre beaucoup plus ) peut chauffer d e façon importante par suite de l’exposition solaire et de fait chauffer le bateau qui se trouve posé dessus , mais eel boudins sont à l’ombre du plancher /coque .
    Pour le plancher et la quille , pour ma part je ne l’ai jamais dégonflé à la pause , il est couvert en partie par les sieges et le matériel , et est peu sensible a une surpression de l’ordre de 1 psi .

    Bonnes navigations 😉

  7. J M Prud'homme dit :

    Une question: la fin du gonflage des parties HP du YAKKAIR est assez sportif (!) justement à cause du refoulement du clapet anti-retour de la valve par les tétons de l’embout de gonflage. L’air s’échappe par la pompe à gros volume et on pompe en partie dans le vide tout en gaspillant pas mal d’énergie …
    Donc, est-il possible de gonfler le plancher HP avec la valve en mode anti-retour, c’est à dire après avoir scié les quatre tétons en forme de créneaux de l’embout, ceux-là même qui sont responsables du refoulement de la valve anti-retour ? Il y a un embout supplémentaire livré avec la pompe, je suis à deux doigts d’essayer, à moins que …… ?
    …………Merci d’avance, Andy !!!

    • pinkandy dit :

      Le clapet ne DOIT PAS refouler par la pompe avec l’embout en place ..
      Pour être sur du protocole de gonflage :
      On tourne le téton de la valve boston pour faire remonter le « bitonio » moleté qui pousse sur le ressort .
      Ensuite l’air ne peut plus s’échapper , le clapet est fermé .
      On raccorde l’embout quart de tour de la pompe et a ce moment c’est la pompe qui prend le relais en étanchéité une fois le clapet repoussé par l’embout .
      l’air ne peut pas s ‘échapper sauf au moment de l’extraction la valve .
      Si vous limez ou coupez l’extrémité du connecteur, effectivement le clapet anti retour sera toujours fermé mais alors cela veut dire que , a chaque coupe pompe, il faudra comprimer le ressort ,ce qui demande de la pression perdue donc un effort supplémentaire ..

      Pour moi la fuite vient de la pompe ( usure des joints internes? ) ou du raccord du tuyau au niveau de la pompe , mais pas de la valve Boston .

      • Mayeric dit :

        Sur le plancher & quille HP du Nomad (même système ?), j’ai aussi beaucoup de fuites au niveau de la valve du plancher/quille quand le tuyau du gonfleur est connecté. Parfois, le raccord quart de tour s’enleve même tout seul du kayak. Cela oblige à être très rapide sur la fin de gonflage et rend peu évident de lire le manomètre qui ne se maintient pas en pression… pas de joint visible sur l’embout HP : serait-ce la une piste ?(nota: kayak acheté d’occasion)

      • pinkandy dit :

        sur toutes les valves Boston l’embout doit posséder un joint blanc en uréthane, plus ou moins épais selon les modèles
        le joint est visible sur cette image :
        http://store.bicsport.fr/catalogsearch/result/?q=31586

  8. JM Prud'homme dit :

    Merci, merci, Andy ! Bien sûr que la fuite provenait de la pompe ! A l’examen, les deux « segments » en caoutchouc du piston sont assez largement béants dans le corps de la pompe ! …
    Mais comme ça le faisait déjà un peu dés l’achat du bateau et de la pompe estampillée « YAKKAIR », j’ai pensé à tout sauf à la pompe ! …
    Plus qu’à trafiquer un clapet anti-retour amovible avec une valve de bladder surnuméraire sur le côté « deflate » du manche de la pompe, ou qu’à en racheter une !
    Et au vu du différentiel des prix proposés sur le marché, le modèle proposé par BIC pour les HP étant à 66 euros et les autre de 12 à 120 euros, cela vaut- il le coup de mettre cher dans un bout de plastique creux pour être sûr de la qualité ? Avec la mode des SUP gonflables, lorsque on gonfle son kayak au bord de l’eau on voit des tas de pompes HP en action, le concept a-t-il progressé en fiabilité ces temps-ci ?

    • pinkandy dit :

      Il y a tous les prix , ce et sans manomètre etc .

      Mon choix se porterait sur la pompe « titan de red paddle » qualité et capacité a gonfler rapidement les drop stitch avec une montée en pression sans effort important , mais c’est environ 100 euros effectivement .
      l’autre solution réside dans l’investissement dans une pompe électrique (Bravo) , avec ( mon choix aussi avec les Nomad) ou sans batterie autonome , attention toutefois aux pressions maxi il arrive que de modelés soient insuffisamment puissants pour 6,5psi ..
      Un peu plus cher aussi et bruyant j’en conviens 😉

      Bonnes balades

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Blog Stats
  • 478,810 hits
%d blogueurs aiment cette page :